Albert Ubaud, Ce que j’ai vu au bagne (1944)

Légende 2 : Albert Ubaud, Ce que j’ai vu au bagne, 1944, 1re page, tapuscrit, Musée Ernest-Cognac/Criminocorpus

Légende 2 : Albert Ubaud, Ce que j’ai vu au bagne, 1944, 1re page, tapuscrit, Musée Ernest-Cognac/Criminocorpus

Le fonds Albert Ubaud, conservé au musée Ernest-Cognacq de Saint-Martin-de-Ré, est en cours de publication dans la bibliothèque de Criminocorpus. Riche de nombreux documents relatifs au bagne de Guyane, il a été constitué par Albert Ubaud, classé et annoté par sa fille Jacqueline Anjot, qui l’a ensuite confié à Danielle Donet-Vincent, historienne spécialiste de la transportation coloniale.

Albert Ubaud a été fonctionnaire civil de l’Administration pénitentiaire en Guyane de 1926 à 1943, date à laquelle il rentre en métropole pour organiser ses notes, photographies, dessins et peintures rapportés du bagne. Ubaud a rassemblé, entre autres, de la documentation sur la déportation de Dreyfus à l’île du Diable en compilant des photographies de dossiers du personnel pénitentiaire restés dans l’enceinte du bagne, ainsi que des prises de vue des lieux de détention du capitaine.

Parmi la quarantaine de dossiers d’archives du fonds Ubaud se trouve le dossier 2013.4.14 intitulé Ce que j’ai vu au bagne, titre d’un tapuscrit rédigé par Ubaud en 1944 et signé de son nom d’emprunt A. Brunvic Marbaud. Les parties 1 à 5 du tapuscrit, regroupées dans un classeur du dossier, sont disponibles en ligne dans la bibliothèque de Criminocorpus. Il s’agit de la reproduction de 144 feuilles dactylographiées originales, annotées, et corrigées de la main d’Albert Ubaud. Le récit, divisé en chapitres, relate la vie des transportés (condamnés de droit commun), rend compte du fonctionnement du camp de la transportation de Saint-Laurent-du-Maroni, de celui du camp forestier de Charvein, dit le « camp des Incorrigibles ». Les notes d’Ubaud portent également sur l’organisation pénitentiaire générale, (« Le corps militaire des surveillants », « Discipline pénitentiaire »), les exécutions sommaires, les « brutalités et sévices » réservés aux prisonniers et réclusionnaires, mais aussi sur le travail au bagne (« Travaux forcés et forçats salariés »).

Voir aussi :



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2022, 5 décembre). Albert Ubaud, Ce que j’ai vu au bagne (1944). Criminocorpus. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndtf

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search