Affaire des évadés de Fontevraud (1933)

Maxime Vaumorin, dangereux cambrioleur condamné à 7 ans de bagne, évadé de Fontevraud, fonds Le Petit Parisien Criminocorpus/ENAP-CRHCP

Maxime Vaumorin, dangereux cambrioleur condamné à 7 ans de bagne, évadé de Fontevraud, fonds Le Petit Parisien Criminocorpus/ENAP-CRHCP

Le 24 octobre 1933, aux alentours de 18h30, une soixantaine de détenus sont occupés à travailler à l’atelier de filets de la maison centrale de Fontevraud sous la surveillance du gardien Dupy. La lumière s’interrompt soudainement, Dupy est ligoté, bâillonné et délesté de son trousseau de clés. Cinq détenus, Joseph Lanio, Maxime Vaumorin, Alphonse Ovaère, Daniel Kistiaens et Paul Vasseaux, prennent la fuite et parviennent à sortir de l’enceinte réputée inviolable en ouvrant la poterne du mur de ronde. Alphonse Ovaère et Daniel Kistiaens, les bandits de Roubaix, avaient été condamnés respectivement à vingt ans de bagne et à la relégation et à quinze ans de bagne et à vingt ans d’interdiction de séjour aux assises du Nord le 28 janvier 1933. Joseph Lanio, ancien matelot de Brest qui avait tué un agent cycliste au cours d’une série d’attaques, avait été promis à la guillotine et gracié par le président de la République. Paul Vasseaux, l’assassin de la rentière de la rue Bénard, avait été condamné au bagne à perpétuité et Maxime Vaumorin à sept ans de travaux forcés aux assises de Moselle pour vol qualifié. Ils seront tous repris dans les trois jours suivant l’évasion.

Cette affaire de quintuple évasion, l’affaire des évadés de Fontevraud, est à retrouver dans la collection du Petit Parisien de la bibliothèque de Criminocorpus

Voir aussi :



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2022, 19 décembre). Affaire des évadés de Fontevraud (1933). Criminocorpus. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndti

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search