Le procès Girard-Cadière [nouvelle manuscrite] (1731)

Nouvelle manuscrite sur l’affaire Cadière/Girard, anonyme, 1731, p. 1, Collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

Nouvelle manuscrite sur l’affaire Cadière/Girard, anonyme, 1731, p. 1, Collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

La collection Philippe Zoummeroff en ligne dans la bibliothèque de Criminocorpus compte notamment 55 documents datant du XVIIIe siècle, de 1700 à 1788. Parmi ceux-ci se trouve un manuscrit relatant l’affaire de la Cadière − ou le procès Girard-Cadière. Dernier procès pour sorcellerie tenu dans le monde francophone1, cette affaire jugée au Parlement d’Aix qui a duré près d’une année a ravivé les querelles partisanes et théologiques entre jansénistes et molinistes, jusqu’à en faire une controverse nationale, voire internationale puisque certains mémoires de procès ont été traduits en anglais et en allemand. Pour resituer le contexte politique de ce procès, la bulle papale Unigenitus obtenue par Louis XIV en 1713 contre l’oratorien Pasquier Quesnel, chef de fil du jansénisme, est devenue loi de royaume le 24 mars 1730 sous Louis XV.

Dans le courant de l’année 1730, Catherine Cadière, jeune pénitente mystique de Toulon âgée d’une vingtaine d’années, est sujette à des possessions quotidiennes et porte des marques de stigmates. Elle a rejoint en 1728 un groupe de jeunes filles dévouées au Tiers-Ordre de sainte Thérèse d’Avila à Toulon, sous la direction du père jésuite Jean-Baptiste Girard, recteur du Séminaire Royal des Chapelains de la Marine. En juin 1730, elle est éloignée au couvent de sainte Claire d’Ollioules, suite à des rumeurs de corruption sur le père Girard. L’évêque de Toulon désigne le père Nicolas, un prieur des carmes, comme nouveau directeur de Catherine Cadière. Cette dernière se confie à lui : le père Girard l’a ensorcelée et faite avorter alors qu’elle était enceinte de trois mois. Le promoteur de l’évêché et l’official, juge ecclésiastique délégué par l’évêque, rendent visite à Catherine Cadière pour enquêter. Mais celle-ci demande la présence du lieutenant général civil et criminel de la sénéchaussée de Toulon2. Ce dernier se déplace, fait dresser un procès-verbal et décide d’ouvrir une information. Il s’agit selon lui d’un cas privilégié qui requiert le dessaisissement des tribunaux ecclésiastiques : le père Girard est accusé de crimes de droit commun troublant particulièrement l’ordre public. La plainte de la demoiselle Cadière comporte en effet le rapt, l’inceste spirituel, l’enchantement et l’avortement procuré3. Pour étouffer l’affaire, l’official de l’évêque de Toulon fait enfermer la jeune pénitente aux Ursulines de la même ville. Les jésuites obtiennent ensuite une lettre de cachet contre elle, qui, accusatrice, devient accusée. Le roi dessaisit l’affaire de la sénéchaussée de Toulon pour la confier au Parlement de Provence. Le Père Girard est mis hors de cour et de procès par les gens du roi et renvoyé au juge ecclésiastique pour le délit commun. Quant à Catherine Cadière, elle est déclarée convaincue de fausse et calomnieuse accusation, d’avoir abusé de la religion, d’avoir faussement contrefait la sainte et d’avoir contrefait la possédée4 et condamnée à la potence dans un premier verdict rendu le 11 septembre 1731. Un second verdict, rendu le 10 octobre 1731, l’innocente. Déchargé de toutes les accusations qui lui sont portées − sortilège, rapt, inceste spirituel, avortement, subornation de témoins, calomnie, impiété etc., le père Girard est renvoyé à Dole où il meurt le 4 juillet 1733. Catherine Cadière est, pour sa part, définitivement écartée de l’arène judiciaire et publique et remise aux bons soins de sa mère.

L’affaire Cadière est devenue un symbole d’opposition contre l’autorité du pape et l’ultramontanisme pour les jansénistes qui « furent les premiers à débiter des libelles diffamatoires » anti-jésuites autour de l’affaire5. Les convulsions répétées de Catherine Cadière, simulées ou réelles, ont largement été mises en scène par l’un de ses frères, Étienne Cadière, prêtre dominicain ennemi des jésuites, à l’instigation duquel elle a accusé le père Girard de l’avoir ensorcelée. De la même manière, Chaudon, l’avocat de la Cadière, accuse le père Girard de quiétisme6. Cette forme contemplative de dévotion qui minore les notions de péché et de responsabilité et condamnée comme hérétique par l’Église catholique en 1687, aurait permis à Girard de commettre un « inceste spirituel » en possédant et pénétrant le corps et l’âme de la Cadière. Il aurait ainsi abusé de son autorité sacerdotale.

  1. Jason T. Kuznicki, « Sorcery and Publicity: The Cadiere-Girard Scandal of 1730-1731 », French History, volume 21, Issue 3, September 2007, p. 289-312. []
  2. Jacqueline Dumoulin, L’affaire Cadière/Girard. La justice laïque prise en otage, 2005, [en ligne]. []
  3. Ibidem. []
  4. Ibidem. []
  5. Le marquis d’Argens cité par A.-Jacques Parès, in A.-Jacques Parès, Le Procès Girard-Cadière (Toulon, Aix…1731), Bibliographie anecdotique, Marseille, Institut hist. de Provence, 1928 []
  6. Mita Choudhury, « Carnal Quietism » : Embodying Anti-Jesuit Polemics in the Catherine Cadière Affair, 1731 », Eighteenth-Century Studies, Winter, 2006, vol. 39, n° 2, p. 173-186 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search