Le drame du Ville-de-Verdun (1931) (affaire Canu)

Paul Canu aux assises de Douai en dernière page du Détective n°209, 27 octobre 1932, Collection Détective/Criminocorpus

Paul Canu aux assises de Douai en dernière page du Détective n°209, 27 octobre 1932, Collection Détective/Criminocorpus

En septembre 1930, le paquebot mixte des Messageries Maritimes Ville-de-Verdun, dont le port d’attache est Dunkerque, appareille de Marseille. Le voyage aller s’effectue sans la moindre anicroche. Le navire arrive à Papeete après une escale à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe et le passage du canal de Panama. Au retour, plusieurs incidents s’enchaînent, qui impliquent Paul Canu, le commissaire du vapeur âgé  de 25 ans : une altercation avec un passager qui lui reproche son attitude incorrecte vis-à-vis de sa fille ; quelques critiques adressées par le commandant du vapeur, Louis Langrais, au sujet de plusieurs réclamations remontant de passagers ; une affaire de trafic de stupéfiants à laquelle est mêlé l’écrivain du bord ; et enfin, une panne du frigo causant la perte d’une tonne de viande à bord. Un dernier événement s’ajoute à cette situation tendue : le commandant Langrais apprend la présence à bord d’une jeune créole embarquée clandestinement par Paul Canu lui-même et ordonne de la débarquer à la première escale. Le 9 février 1931, à 5 heures du matin, alors que le Ville-de-Verdun entre en rade non loin de Tahiti, le commissaire Canu surgit sur la passerelle et tire trois balles de revolver sur le commandant Louis Langrais. La dernière balle est tirée à bout portant pour achever la victime qui respire encore. Témoin de la scène, le capitaine au long cours Pomès, officier en second, parvient à maîtriser le meurtrier qui est mis aux fers.

Paul Canu est débarqué à Papeete. Le médecin-colonel Guénard le fait interner dans une maison de santé avant qu’il soit ramené à Dunkerque. Paul Canu est reconnu atteint de « démence à forme de délire de la persécution » par le docteur Suraud, médecin de la marine qui observe le meurtrier du 29 juin au 13 août 1931 au cours de son voyage de transfert en France. De même, les membres de l’équipage soutiennent que Paul Canu était dans un état de démence subite pendant l’acte criminel, dans cet état de défaillance mentale causée par la chaleur, que les coloniaux appellent le « coup de bambou ». En revanche, trois psychiatres de la région de Lille, le docteur Raviart, médecin-chef de la clinique d’Esquermes, le docteur Briche, médecin-chef de l’asile d’aliénés d’Armentières, et le docteur Legrand, médecin aliéniste, concluent que le meurtrier simule l’aliénation mentale. Intoxication alcoolique ? Coup de bambou ? Meurtre prémédité et perpétré de sang-froid ? Le drame du Ville-de-Verdun est à retrouver dans la collection du Petit Parisien et du journal Détective de la bibliothèque Criminocorpus.

Voir aussi :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search