Un « cas exécrable » devant le Parlement de Paris à la fin des guerres de Religion (1599-1600). Edition de sources. Tom Hamilton

Criminocorpus vient de publier la transcription  et l’édition critique réalisées par Tom Hamilton du procès criminel porté par Renée Chevalier contre Mathurin Delacanche, condamné à mort par le Parlement de Paris le 24 avril 1600. Jugé par les magistrats du Parlement de Paris entre 1599 et 1600, cet exceptionnel procès révèle les dynamiques locales des violences à la fin des guerres de Religion ainsi que les réponses judiciaires faites aux victimes. L’initiative de l’affaire vient de Renée Chevalier, dame de Chaumot, qui rassemble des dizaines de témoins pour les confronter au capitaine Mathurin Delacanche, qui avait commis des viols, vols et homicides pendant l’hiver 1590-1591 dans le village de Chaumot, situé dans le Sénonais. Juridiquement, cette affaire offre un exemple d’application de l’article 86 de l’édit de Nantes portant sur les « cas exécrables » commis par les gens de guerre, article peu connu des historiens. Mis en lumière pour la première fois, ces documents constituent une des affaires les plus importantes conservées dans les archives criminelles du Parlement de Paris au seizième siècle.

« Au début de l’automne 1599, un bateau part de Sens en direction de Paris et traverse quarante lieues sur l’Yonne, puis la Seine. Il transporte des dizaines de témoins qui se préparent à participer à un procès criminel extraordinaire qui fait ressurgir les conflits des troubles des guerres de Religion ayant eu lieu une dizaine d’années auparavant. Les faits se sont produits lors de la dernière phase des guerres qui ont ravagé le royaume depuis le début des hostilités en 1562. Sur le pont du bateau, et finançant l’entreprise, se trouve Renée Chevalier (1552-1641), dame de Chaumot. Veuve pour la deuxième fois, Renée Chevalier agit comme partie civile afin de se venger des torts qu’elle a subis pendant les troubles. Elle dépose sa plainte devant la haute cour du Parlement de Paris contre Mathurin Delacanche (1556/7-1600), ancien soldat et capitaine royaliste, puis prévôt des maréchaux à Sens, l’accusant d’avoir commis des violences atroces pendant l’hiver de 1590-1591 à l’intérieur et aux environs du château de Chaumot, situé à six lieues de Sens. Delacanche s’est emparé du château à la Toussaint 1590 en accusant Chevalier d’avoir soutenu la Ligue, le parti des catholiques intransigeants qui avait pris les armes et s’opposait à la montée sur le trône de France du protestant Henri de Navarre devenu Henri IV. » (…)

Lire la suite de cet article de Tom Hamilton qui est la présentation de la transcription annotée du procès disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Accéder à la transcription annotée dans la bibliothèque de Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search