Les prisons en 1963 [Reportage télévisé]

Pain au clou à la prison de la Santé, « Les courtes peines », écrit et réalisé par Charles Brabant et Frédéric Pottecher, France, 1963, 26 minutes, ORTF, INA/Criminocorpus

Pain au clou à la prison de la Santé, « Les courtes peines », écrit et réalisé par Charles Brabant et Frédéric Pottecher, France, 1963, 26 minutes, ORTF, INA/Criminocorpus

Le laboratoire de recherche et d’innovation de la direction de l’administration pénitentiaire (ministère de la Justice), en partenariat avec le centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice (CLAMOR) et l’Institut national de l’audiovisuel (INA), présente le premier reportage télévisé réalisé dans les prisons françaises. Il est constitué de cinq documentaires d’une trentaine de minutes chacun.

Le 6 novembre 1961, Robert Schmelck est nommé directeur de l’Administration pénitentiaire. Il se retrouve à la tête d’un vaste « Plan de rénovation de l’équipement pénitentiaire » et dresse un état du parc carcéral français dans de nombreux rapports : 21 000 places sont à construire et 13 500 à rénover1. Le 1er juillet 1963, la prison de Fontevraud, considérée comme la centrale pénitentiaire la plus dure de France avec celle de Clairvaux, ferme définitivement ses portes.

Le reportage Les prisons en 1963, disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus, a été produit par l’ORTF dans le cadre de ce vaste programme de réformes qui cherche à promouvoir « une application humaine et réaliste de la privation de liberté ». Or la situation carcérale en France est mécaniquement touchée par le contexte politique d’alors, et les prisons françaises de droit commun voient leurs effectifs augmenter avec un nombre important d’incarcérations politiques à partir de 19552.

Dans ce reportage, Frédéric Pottecher, chroniqueur judiciaire fermement opposé à la peine de mort, s’entretient avec des détenus de droit commun dans des prisons de courtes peines (au Mans, Nantes et Alençon) et de longues peines (à Clairvaux, Rennes, La Santé, Loos, Fresnes et Melun) en faisant apparaître l’état de délabrement des bâtiments pénitentiaires. Cette enquête ethnographique est complétée par les témoignages de divers acteurs – aumônier, directeur de service pénitentiaire, magistrat, psychiatre, employeur… – qui répondent également au micro de Pottecher. Le deuxième volet du reportage, composé de deux épisodes, Les oubliés et Le coup de téléphone, donne la parole aux relégués, qui dénoncent les abus de ce régime pénal.

 



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 6 février). Les prisons en 1963 [Reportage télévisé]. Criminocorpus. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndtp

  1. Christian Carlier, « Histoire des prisons et de l’administration pénitentiaire française de l’Ancien Régime à nos jours », Criminocorpus [En ligne], Varia, publié le 14 février 2009 []
  2. Marc André, « “Bris de prison”. Des mutineries de la guerre d’Algérie aux révoltes des années 1970 », Raison présente, n° 216, 2020/4, p. 34-44 []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search