Jeanne Weber ou l’ogresse de la Goutte-d’Or (1908)

Complainte criminelle « Les crimes contre l'enfance criminelle », [Ca 1908], Paris, J. Ferrand , coll. J.-F. « Maxou » Heintzen/Criminocorpus

Complainte criminelle « Les crimes contre l’enfance criminelle », [Ca 1908], Paris, J. Ferrand , coll. J.-F. « Maxou » Heintzen/Criminocorpus

L’affaire Jeanne Weber est une affaire d’infanticide en série qui s’est déroulée au début du XXe siècle, de 1901 – année probable du premier homicide – en 1908 dans le quartier de la Goutte-d’Or à Paris, à Commercy dans la Meuse et à Châteauroux dans l’Indre. Surnommée « l’ empoisonneuse », « l’ogresse du Pré-Maudit », « l’ogresse moderne », « la tueuse d’enfants », « l’étrangleuse » ou « l’aliénée Moulinet », Jeanne Weber est principalement connue sous le nom de « l’ogresse de la Goutte-d’Or ». L’affaire Jeanne Weber ou « le mystère du Pré-Maudit » est à retrouver dans la collection Canards et complaintes. Collection J.-F. « Maxou » Heintzen à travers la complainte « Les crimes contre l’enfance » dont le recto est consacré à l’affaire sous forme de huit petits textes relatant les méfaits de l’« ogresse ».

Jeanne Moulinet est née en Bretagne à Kérity (commune de Paimpol, Côtes-d’Armor) d’un père pêcheur et d’une mère fermière et ménagère. Elle quitte la ferme familiale à 15 ans pour devenir domestique à Paris. Au cours de l’année 1893, elle épouse Jean Weber, un camionneur du quartier de la Goutte-d’Or. Le couple s’installe au 38 de la rue Pajol. Jeanne met au monde leur premier enfant, Marcel Jean, le 4 novembre 1894, qui décède le 20 janvier 1895 à l’âge de trois mois pour des raisons inconnues. Leur deuxième fils, Marcel Charles, naît le 9 janvier 1898. Le 3 janvier 1900, Jeanne Weber met au monde Juliette qui meurt le 22 janvier 1901 d’une pneumonie aiguë. Ce deuxième décès, attribué à l’alcoolisme de Jean Weber, n’interpelle personne.

Le 25 décembre 1902, Julie Alexandre, la fille d’un voisin veuf des Weber, décède vers les 16 heures en l’absence de son père et en présence de Jeanne Weber. Une pneumonie aiguë est diagnostiquée. Quelques mois plus tard, en 1903, un autre enfant du quartier, la petite Marcelle Potaya, 3 ans, est retrouvée morte dans les bras de Jeanne. Le médecin conclut encore à une pneumonie fulgurante.

Le 2 mars 1905, Jeanne Weber s’occupe de Georgette Weber, dix-huit mois, la fille de Pierre, l’un des trois frères de Jean au 7 de la rue du Pré-Maudit. La fillette meurt dans ses bras. Le médecin de l’état civil déclare une mort naturelle. Le 11 mars 1905, Pierre et Blanche Weber confie la garde de leur seconde fille de 3 ans, Suzanne, qui est prise de convulsions. Suzanne décède aussi. Cette fois, le médecin de l’état civil prévient le commissaire de police. Blanche Weber accuse Jeanne Weber, qui demeure calme. Une enquête est ouverte. Le légiste Léon Henri Thoinot conclut à une mort naturelle causée par des convulsions internes.

Le 25 mars 1905, Jeanne Weber rend visite à un autre beau-frère par alliance, Léon Weber, au 3 impasse Langlois dans le quartier de la Chapelle également. La fille de sept mois de Léon, Germaine, est prise d’étouffements et de convulsions pendant un court moment d’absence des parents. Le lendemain, la petite Germaine est trouvée morte sur un lit alors qu’elle se portait bien quelques heures auparavant. La mort naturelle est à nouveau attestée médicalement. Trois jours après le décès de Germaine, le 29 mars 1905, le propre fils de Jeanne Weber, Marcel Charles, décède d’une « affection de la gorge ayant entraîné une gêne respiratoire » après un coma.

Le 7 avril 1905, Jeanne Weber déjeune chez elle en compagnie de ses belles-sœurs Blanche et Marie Weber. Elle parvient à éloigner les deux femmes, qui, à leur retour, trouvent leur neveu Maurice (le fils de Charles, le troisième frère de Jean), âgé de onze mois, en train de s’étouffer. Maurice est emmené à l’hôpital Bretonneau. L’interne qui l’ausculte annonce à sa mère que quelqu’un a essayé de l’étrangler. Le lendemain, le samedi 8 avril 1905, Charles Weber et sa femme portent plainte contre Jeanne Weber pour tentative d’assassinat sur leur fils Maurice au commissariat de police de la Goutte-d’Or. Pierre et Blanche Weber portent plainte également pour la mort de Suzanne et Georgette et signalent les morts suspectes de Juliette et Marcel Weber. Enfin, Léon et Marie Weber portent plainte pour la mort de Germaine. Interrogée par le juge d’instruction Leydet, Jeanne Weber nie toutes les accusations portées contre elle. Déclarée ni folle ni hystérique par l’expertise psychiatrique, elle est écrouée à la prison pour femmes de Saint-Lazare. Le 13 avril 1905, le docteur Thoinot procède à une autopsie et à une analyse toxicologique des quatre enfants Weber sans résultat probant. Jeanne Weber comparaît aux assises de la Seine le 29 janvier 1906 pour les meurtres de ses trois nièces, de sa fille et de son fils. Défendue par Me Henri Robert, elle est acquittée grâce au rapport du légiste Thoinot.

Un an plus tard, Jeanne Weber quitte Paris après une tentative de suicide. Le 13 mars 1907 elle rencontre à Villedieu-sur-Indre Sylvain Bavouzet, un agriculteur veuf et père de trois enfants, qui la reconnaît et la recueille chez elle. Jeanne Weber devient Jeanne Glaize et se fait passer pour la cousine de la femme décédée de Sylvain Bavouzet. Le 17 avril 1907, Auguste Bavouzet, 9 ans, le plus jeune des enfants de Sylvain, décède suite à des crises de convulsion. Le médecin refuse de signer le certificat de décès. Le procureur de la République de Châteauroux exige une autopsie du petit Auguste. Les docteurs Audiat et Bruneau de Châteauroux, chargés de l’autopsie, constatent des ecchymoses et des marques de strangulation sur le cou d’Auguste, ainsi qu’une congestion accentuée des poumons et du cœur. Le petit Auguste est enterré malgré tout. Deux jours près son enterrement, Germaine Bavouzet, la fille aînée de Sylvain, dénonce Jeanne Weber. Un mandat d’arrêt est lancé contre cette dernière. Arrêtée, elle est conduite à la maison d’arrêt de Châteauroux. Mais le docteur Thoinot obtient l’autorisation de refaire l’autopsie d’Auguste, tout en discréditant ses confrères de Châteauroux. Les docteurs Thoinot et Socquet concluent à une mort due à une fièvre typhoïde. Une troisième autopsie de la dépouille d’Auguste1 est finalement effectuée par les professeurs Brissaud, Lande et Mairet qui proclament une mort naturelle le 28 juillet 1907. L’avocat de Jeanne, Me Henri Robert, obtient un non-lieu le 4 janvier 1908.  Libérée, Jeanne Weber est embauchée comme nourrice à Fontgombault, puis à la maison d’enfants de Caillouet-Orgeville (Eure) par Georges Bonjean – le fondateur de la Société générale de protection pour l’enfance abandonnée ou coupable – qui est convaincu de son innocence. Elle est renvoyée à cause de son alcoolisme. Elle retourne à Paris sous un faux nom, erre dans les rues, puis se livre à la police en avouant avoir tué ses neveux et nièces, ainsi qu’Auguste Bavouzet. Personne ne veut croire ses aveux. Elle est envoyée à nouveau la prison pour femmes de Saint-Lazare, puis dans un asile. Arrêtée encore une fois pour vagabondage, elle est envoyée cette fois à l’asile de Nanterre. Le 5 mars 1908, Jeanne Weber se livre une seconde fois à la police, puis est remise encore une fois au juge Leydet. Jeanne Weber rétracte ses aveux ; elle est de nouveau libérée.

Le 25 avril 1908, Jeanne Weber rejoint Joseph Jolly, un vigneron de 40 ans de Lay-Saint-Rémy (Moselle) qui lui a proposé sa protection dans un courrier envoyé à l’asile de Nanterre. Elle lui vole de l’argent pour boire au café, où elle fait la connaissance d’un ouvrier, Émile Bouchery, qui deviendra son amant. Joseph Jolly met Jeanne à la porte. Elle s’installe chez son amant Bouchery à Commercy, dans une auberge tenue par la famille Poirot et se livre à la prostitution. Le 10 mai 1908, Jeanne propose de s’occuper du petit Marcel Poirot pendant que ses parents tiennent le bar. La tenancière, alertée par des voisines, découvre Jeanne assise au bord du lit près du cadavre de Marcel. Jeanne Weber est arrêtée et interrogée par le commissaire de Commercy. Elle décline sa véritable identité mais nie le meurtre du petit Marcel. Elle refuse aussi la défense d’un avocat. Le docteur Thiéry, puis deux autres légistes, procèdent à l’autopsie du corps de Marcel Poirot : sa langue a été arrachée avec les dents, puis il a été étranglé avec des mouchoirs mouillés.

Dans l’attente de son procès, Jeanne est envoyée à la prison de Saint-Mihiel dans la Meuse. Plusieurs expertises psychiatriques sont rendues, dont celle de Cesare Lombroso2. Jeanne Weber est déclarée aliénée mentale le 25 août 1908. Elle est d’abord internée à l’asile de Maréville, puis est transférée à l’asile de Fains-Véel dans la Meuse le 20 mars 1909. Elle y meurt d’une néphrite le 5 juillet 1918 à 43 ans.

Voir aussi dans la bibliothèque Criminocorpus :

Dans la base de données Complaintes criminelles en France (1870-1940) :

Dans la revue Criminocorpus :

Agnès Sandras, « Pour une « archéologie » comparée des chansons sur les parricides et les infanticides dans les recueils du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF », Jean-François Heintzen et Sophie Victorien (dir.), “Actes du colloque : Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu“, Criminocorpus,17 | 2021.



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 20 février). Jeanne Weber ou l’ogresse de la Goutte-d’Or (1908). Criminocorpus. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndtr

  1. Édouard Brissaud, Alexandre Lacassagne, Louis Lande, Albert Mairet, Henri Robert, « Affaire Weber. Notes et observations médico-légales », Archives de l’anthropologie criminelle, tome 23, 1908, p. 329-401 []
  2. « “L’Ogresse” et Lombroso », Le Matin, 12 mai 1908 reproduit dans L’œil de la police, 1908, n° 20, p. 11 : « À propos de Jeanne Weber. L’opinion de Lombroso » . Le rédacteur du Matin, qui a présenté une photo de Weber à Lombroso, précise que l’ « illustre savant a fait des difficultés, en disant qu’il ne possédait pas les éléments nécessaires pour un jugement exact mais, devant mon insistance, il a bien voulu me dire ce qu’il croyait pouvoir déduire de l’examen de la photographie de l’ “ogresse”, que je lui ai montrée. » []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search