Le temps de la justice aux époques moderne et contemporaine (Europe et Amériques). Appel à communications

Nous relayons avec plaisir cet appel à communications pour le colloque qui se tiendra les 24 et 25 octobre 2023 à Lyon.

« Les travaux sociologiques récents sur la justice soulignent combien le temps est devenu un enjeu central du fonctionnement et de la légitimité de l’institution judiciaire [Bastard et al., 2016; Provost, 2022; Reveillere et al., 2022; Viennot, 2007]. Cette évolution résulterait d’abord d’une accélération propre aux sociétés contemporaines [Giddens, 1990] que l’institution judiciaire essaierait de rattraper, et donc d’une nécessité de raccourcir la distance entre le temps judiciaire et les temps sociaux. Aussi la difficile articulation des deux est-elle un enjeu central de la crise actuelle de l’institution en France. Dans une émission du Temps du débat consacrée à la mobilisation des magistrats le 8 décembre 2021 sur France Culture, la sociologue Cécile Vigour remarque : « La frustration la plus grande [pour les justiciables], c’est le contraste entre le temps d’attente avant l’audience et la brièveté des temps d’échange avec le juge ». Face au sentiment de lenteur des justiciables, c’est au contraire l’urgence permanente qui est ressentie par les acteurs de la justice, du fait d’un manque de moyens et de personnel judiciaire [Vigour et al., 2022]. Car si cette accélération découle d’une demande des justiciables, elle peut aussi être le corollaire d’un désengagement de l’État et de l’application à la justice des théories du New Public Management [Bastard, Mouhanna, 2007].
Le temps de la justice comme activité sociale a été peu étudié en lui-même par les historien.ne.s. En effet, les archives judiciaires ont plutôt été utilisées pour saisir les rythmes des sociétés anciennes et les temporalités des pratiques sociales [Voth, 2000], rarement pour comprendre les rapports de la justice au temps. Le regain d’intérêt pour les procédures, la connaissance plus fine des acteurs (notamment les auxiliaires de justice [Dolan, 2005]) et des différents types et niveaux de justice (seigneuriales, commerciales, civiles) ont toutefois permis d’aborder la question et de nuancer certains poncifs, comme la lenteur proverbiale de la justice d’Ancien Régime [Piant, 2006].
Le colloque vise à mettre en perspective l’accélération contemporaine de la justice en observant sur plusieurs siècles les rapports de la justice au temps. Avec l’affirmation de la justice étatique à l’époque moderne, l’abréviation des procédures et des jugements devient un leitmotiv des réformes judiciaires. Si l’institution impose sa temporalité dans le règlement des conflits, elle est aussi perméable aux pressions extérieures et attentive aux besoins des justiciables. Le temps judiciaire est ainsi au cœur du dialogue entre l’institution, la société et l’État. »

(…)Télécharger la présentation complète du colloque en français et en anglais.

Comité d’organisation

Alice Bonzom, maîtresse de conférences en civilisation britannique à l’Université Lumière Lyon 2, Triangle UMR 5206
Simon Castanié, doctorant, ATER en histoire moderne à Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier UMR 8596
Nicolas Picard, docteur en histoire, chercheur associé au Centre d’histoire du XIXe siècle UR 3550
Benoît Saint-Cast, docteur en histoire, chercheur associé au LARHRA UMR 5190
Verónica Vallejo Flores, docteure en histoire, chercheuse associée au laboratoire Mondes Américains UMR 8168

Comité scientifique

Pascal Bastien, Université du Québec à Montréal
Simona Cerutti, EHESS, Centre de Recherche Historique
Frédéric Chauvaud, Université de Poitiers, Criham EA 4270
Neil Davie, Université Lumière Lyon 2, LARHRA UMR 5190
Anne-Emmanuelle Demartini, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle UR 3550
Mirian Galante, Universidad Autónoma de Madrid
Laurence Guignard, Université de Lorraine, CRULH EA 3945
Marie Houllemare, Université de Genève
Arnaud-Dominique Houte, Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle UR 3550
Claire Lemercier, CNRS, CSO UMR 7116
Xavier Rousseaux, Université catholique de Louvain
Evelyne Sanchez, CNRS, Institut d’histoire du temps présent UMR 8244
Emmanuel Taïeb, IEP de Lyon, Triangle UMR 5206
Rachel Vanneuville, CNRS, Triangle UMR 5206

Modalités de soumission

Les langues de communication sont le français et l’anglais. Les propositions de communication, d’une longueur maximale de 500 mots et accompagnées d’une courte biographie indiquant le rattachement institutionnel, sont à envoyer jusqu’au 28 février 2023 à l’adresse suivante : temps.justice.2023@gmail.com. Elles pourront être rédigées en français ou en anglais. Une réponse sera adressée au début du mois de mai 2023. Il ne sera pas demandé d’envoyer les communications à l’avance.



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2023, 2 février). Le temps de la justice aux époques moderne et contemporaine (Europe et Amériques). Appel à communications. Criminocorpus. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndto

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search