Histoires de prisonnières. Les femmes incarcérées dans les maisons centrales du sud de la France au XIXe siècle (Anna Le Pennec). Compte rendu d’ouvrage

« En 2002, en ouverture de Femmes et justice pénale, Michelle Perrot appelait à « étudier […] l’échelle des peines à l’aune du genre ». En effet, les prisons féminines sont menacées d’oubli car « l’ombre les enveloppe plus que les prisons masculines ». Le travail d’Anna Le Pennec sur les femmes incarcérées dans les prisons centrales du sud de la France au XIXe siècle, vingt années plus tard, répond parfaitement à ce plaidoyer. Issu d’une thèse en histoire réalisée sous la direction de Sylvie Chaperon à l’université Toulouse 2, il s’inscrit dans un renouveau récent des études sur l’enfermement des femmes. Le champ, en tant que tel, n’est pas neuf. Dès 1982, Claudie Lesselier a soutenu une thèse dirigée par Michelle Perrot sur Les Femmes et la prison. 1815-1939. Le contexte était alors favorable, dans le sillage des contestations qui ont éclaté dans les prisons françaises dans les années 1970 et 1971, de la fondation du Groupe d’Information sur les Prisons, de la parution du Surveiller et punir de Michel Foucault et de l’avènement de l’histoire des femmes dans les années 1980. Les travaux sur l’enfermement des femmes se sont multipliés depuis, avec les études de Yannick Ripa sur Folie et enfermement au XIXe siècle, ou encore celles de la psychologue Béatrice Koeppel sur les femmes incarcérées pendant la Troisième République. Mais restait à écrire une histoire « au ras du sol, depuis l’intérieur des établissements » (p. 22). Dans ce but, il fallait d’abord faire « entendre [les] voix » (p. 12) des détenues, comme l’écrit Philippe Artières en préface de ce livre. Ensuite, demeurer sensible aux interactions des femmes, à la fois avec leurs proches et les individus responsables de leur surveillance. Enfin, être sensible aux moments où « l’Histoire entre dans la prison » (p. 14), contre l’idée reçue qui veut que seules les prisons masculines soient des sites « d’événements, de conflits, de révoltes. »

Afin de mener à bien ce projet ambitieux, Anna Le Pennec a travaillé sur des documents concernant les maisons centrales de Montpellier et de Cadillac conservés aux archives départementales de la Gironde et de l’Hérault. » (…)

Lire la suite du compte rendu préparé par Jeanne Barnicaud dans la revue Criminocorpus.

Référence de l’ouvrage : Anna Le Pennec, Histoires de prisonnières. Les femmes incarcérées dans les maisons centrales du sud de la France au XIXe siècle,
Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2022, 334 p.



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2023, 13 février). Histoires de prisonnières. Les femmes incarcérées dans les maisons centrales du sud de la France au XIXe siècle (Anna Le Pennec). Compte rendu d’ouvrage. Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndtq

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search