Hommes tatoués photographiés au service parisien de l’Identité judiciaire (1900)

Homme tatoué photographié au service parisien de l’Identité judiciaire, 1900, collection Police scientifique Bertillonnage/Criminocorpus

Homme tatoué photographié au service parisien de l’Identité judiciaire, 1900, collection Police scientifique Bertillonnage/Criminocorpus

La collection Police scientifique-Bertillonnage disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus est riche de 239 documents. Imaginé par Pierre Piazza, ce corpus rassemble des documents provenant dans l’ensemble du Service régional de l’identité judiciaire de la préfecture de police de Paris. Les quinze photographies présentées dans ce billet –  Hommes tatoués photographiés au service parisien de l’Identité judiciaire – sont extraites des fichiers de photographies judiciaires réalisées par le Service de l’Identité judiciaire de la préfecture de Police de Paris suite à des arrestations par les forces de police. Le tatouage est apparu comme un objet de recherche approfondie dans le champ de l’anthropologie criminelle dès l’apparition de cette discipline1 – le premier congrès international d’anthropologie criminelle se tient à Rome en 1885. Ainsi, Alexandre Lacassagne, professeur à la Faculté de médecine de Lyon et médecin légiste et expert auprès des tribunaux, avait collecté plus de 2000 tatouages sur 150 individus. Matériau alimentant la construction du « criminel-né » caractérisé par l’« atrophie de sens moral » le tatouage s’avère un outil d’identification et de signalisation efficace pour la police judiciaire, de même que dans le domaine médico-légal. Nombreux sont les portraits issus des fonds d’archives de l’Identité judicaire à avoir été publiés dans divers ouvrages portant sur le thème des tatouages du « milieu ». La mise à disposition sur Criminocorpus d’un échantillon de ces derniers permet leur consultation en accès libre et en bonne qualité.

Voir aussi sur Criminocorpus :



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 20 mars). Hommes tatoués photographiés au service parisien de l’Identité judiciaire (1900). Criminocorpus. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndtt

  1. « Les tatouages, […] par leur variété et leur nombre, marquent souvent les étapes de la vie d’un individu, et parfois sa nature morale. Ce sont des cicatrices parlantes. En médecine judiciaire, il n’existe pas de meilleurs signes d’identité par leur caractère de permanence, de durée, la difficulté à les faire disparaître » : Alexandre Lacassagne,  Émile Magitot, « Tatouage », in Amédée Dechambre, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, 3e série, tome XVI, Paris, Masson, Asselin et Cie, 1886, cité in Éloïse Quétel, « Les peaux humaines tatouées, un patrimoine caché »La Lettre de l’OCIM [En ligne], 154 | 2014, mis en ligne le 25 juillet 2016. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search