Affaire Prado : lettre à Adolphe Behr (1888)

Affaire Prado : lettre à Adolphe Behr (1888), deuxième et troisième page, Collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

Affaire Prado : lettre à Adolphe Behr (1888), deuxième et troisième page, Collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

Le 14 janvier 1886, Camille Marie Aguétant ou « la môme Crevette », une danseuse de music-hall, est trouvée morte par son amant chez elle au 52 de la rue Caumartin à Paris. La victime a été égorgée, presque décapitée, et dépossédée de ses bijoux. Interrogée par la police, l’une des amies de la victime rapporte le signalement d’un homme que fréquentait Marie Aguétant : petite taille, le teint mat, une moustache, une pointe d’accent étranger. Le témoin ajoute qu’il s’intéressait aux bijoux de Marie Aguétant de manière insistante, et qu’il lui avait proposé de lui offrir des solitaires pour 7000 francs.

L’année suivante, le 28 novembre 1887, une bande de voleurs est arrêtée par des agents de police après un vol de bijoux à l’hôtel du Palais situé cours la Reine dans le 8e arrondissement de Paris. On trouve le chef de bande, qui déclare s’appeler Pardo, en possession de l’ensemble des objets volés à l’hôtel du Palais, à l’exception d’une montre à gousset avec un portrait de femme en médaillon. Interrogé le lendemain, le chef de bande avoue le vol. Il déclare cette fois-ci s’appeler Stanislas Prado y Ribo, et être originaire de Barcelone. De nombreuses arrestations de receleurs de bijoux parisiens sont ensuite opérées. Parmi ceux-ci, une certaine Mathilde Daull reconnaît la montre à gousset comme appartenant au comte Linska de Castillon. Selon les dires du témoin, la femme sur le portrait à médaillon est l’épouse du comte, Mauricette Couronneau. Le voleur Prado y Ribo est confronté à Mathilde Daull qui s’adresse à lui en l’appelant « monsieur le Comte » : les soupçons des policiers s’éveillent sur l’identité de Prado y Ribo.

Le juge Adolphe Guillot, qui instruit l’affaire, obtient une commission rogatoire internationale pour se rendre en Espagne. Il y découvre grâce à la police madrilène que Prado a revendu des bijoux volés dans une bijouterie plaza Mayor. La femme du bijoutier reconnaît Prado, décrit à Guillot les bijoux revendus, et donne le nom d’un de leurs clients. Prado est à nouveau identifié par le client interrogé, qui le connaît sous le nom du comte de Linska. De retour à Paris, le juge Guillot présente aux amies de Marie Aguétant des croquis des bijoux volés décrits par les bijoutiers de Madrid. Elles en reconnaissent quelques-uns. Prado nie avoir commis le vol de Madrid. De nouveau interrogé le 23 juin 1888, Prado reconnaît cette fois la revente des bijoux à Madrid, qui selon lui, proviennent d’un vol commis dans le train entre Bordeaux et Madrid. Il nie toujours le meurtre de Marie Aguétant.

Eugénie Forestier et Prado sont également confrontés, mais ce dernier dément encore les affirmations du témoin. Le procès s’ouvre le 5 novembre 1888 aux assises de la Seine. Les témoignages convergent : c’est bien Prado qui a été vu au bras de Marie Aguétant le soir du meurtre. Au terme de neuf audiences, la Cour d’assises rend son arrêt le 14 novembre 1888 : Prado est condamné à la peine capitale. Il est guillotiné devant la prison de la Roquette le 28 décembre 1888, sans que son identité ne soit jamais établie.

Escroc international, joueur « à la grecque », mondain, voleur, assassin crapuleux, Prado appartient à cette catégorie médiatique de criminels que l’on nommait les « aventuriers ». Pour la plupart faux comtes ou faux marquis, ils s’autoproclamaient riche héritier pour extorquer de l’argent à leurs victimes, des femmes bourgeoises non mariées, souvent « mondaines » ou « galantes » parisiennes, dans les années 1900. Nous proposons dans ce billet de découvrir une lettre de Prado à Adolphe Behr (1888) disponible dans la collection Philippe Zoummeroff, signée « Frédéric ». Le destinataire de la lettre est le futur mari de Mauricette Couronneau, ancienne amie et complice de Prado, qui est également la mère de son enfant.

Voir aussi sur Criminocorpus :

Sur la base Complaintes Criminelles en France (1870-1940) :



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 27 mars). Affaire Prado : lettre à Adolphe Behr (1888). Criminocorpus. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndty

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search