Une prison pour mémoire. Montluc, de 1944 à nos jours (Marc André). Compte rendu d’ouvrage

« L’historien Jean-Claude Vimont soulevait en 2008 la question de la fragilité du patrimoine pénitentiaire et de l’urgence de sa préservation. Si elles permettent d’améliorer les conditions de détention des détenus et les conditions de travail des personnels, les désaffections d’établissements pénitentiaires se soldent bien souvent par leur destruction. D’autres sont reconvertis en logements, centres culturels, musées, etc. Marquées du stigmate du « patrimoine sombre », les prisons n’ont plus leur place dans les centres-villes et sont souvent reléguées aux périphéries. Il existe toutefois une exception notable à cette règle : celle de l’ancienne prison de Montluc, à Lyon. Construite en 1921 et désaffectée en 2009, cet établissement a été intégralement conservé et constitue un site unique en France. L’ancienne prison de Montluc permet au visiteur de pénétrer dans un établissement pénitentiaire et de découvrir l’univers carcéral dans un environnement remarquablement préservé. Géré par l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre, Montluc est aujourd’hui un haut lieu de la mémoire nationale, au même titre que le Mémorial du Mont-Valérien ou l’ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof. Cette prison a effectivement été gérée par la Gestapo à partir de 1943 qui l’a transformée en un terrible lieu de répression, une antichambre vers les camps de concentration nazis à l’encontre d’otages, de résistants et de Juifs de la région lyonnaise. Et c’est le souvenir de ce sombre épisode qui a permis en 2010 le sauvetage de cette prison, alors menacée de démolition, par l’Association des Rescapés de Montluc qui a œuvré à l’institutionnalisation d’un Mémorial dédié aux victimes de la barbarie nazie.

C’est à la découverte de ce processus de mémorialisation que nous invite le très bel ouvrage de Marc André, en investiguant d’une manière remarquable les différentes strates qui ont édifié pas à pas « l’histoire sociale de la mémoire solidaire et multidirectionnelle »  de Montluc. » (…)

Lire la suite du compte rendu de l’ouvrage de Marc André proposé par Jean-Lucien Sanchez dans la revue Criminocorpus.
Référence de l’ouvrage : Marc André, Une prison pour mémoire. Montluc, de 1944 à nos jours, Lyon, ENS Éditions, 2022, collection « Sociétés, espaces, temps », 572 p.



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2023, 24 mars). Une prison pour mémoire. Montluc, de 1944 à nos jours (Marc André). Compte rendu d’ouvrage. Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndtx

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search