Affaire Lally-Tollendal [Gravure figurant l’exécution du comte Lally](1766)

Cette gravure sur cuivre légendée Thomas Arthur de Lally, condamné par arest du parlement de Paris d’avoir la tête tranchée en place de grève le 8 may 1766, pour avoir trahi les intérêts du Roy… représente l’exécution du comte Thomas Arthur de Lally-Tollendal, condamné à mort par le parlement de Paris pour  crime de concussion – profit illicite réalisé par un agent public dans l’exercice de ses fonctions – et crime de haute trahison le 8 mai 1766. Rendu responsable de la perte des possessions françaises en Inde lors du siège de Pondichéry (4 septembre 1760-15 janvier 1761), le comte de Lally a été exécuté par décollation en place de grève le 25 mai 1766.

Fils d’un capitaine irlandais jacobite, Thomas Arthur de Lally-Tollendal, également fidèle aux Stuart, est fait maréchal de camp par Louis XV suite au siège de Maastricht en avril-mai 1748 pendant la guerre de Succession d’Autriche. Nommé commissaire du roi, syndic de la compagnie des Indes et commandant général de tous les établissements français aux Indes orientales, il part commander la Marine royale le 2 mai 1757 et arrive à Pondichéry le 29 avril 1758. Le 23 juin 1757, la fin de la domination française dans le sous-continent indien s’annonce par la bataille de Plassey, durant laquelle les forces de la Compagnie anglaise des Indes orientales commandées par Robert Clive défont l’armée du divan du Bengale, Siradj al-Dawla appuyée par l’artillerie française. L’expédition de Lally-Tollendal est vouée à l’échec : ses quelque 1200 hommes, sous-nourris et mal payés, doivent affronter 15000 soldats, Anglais et cipayes réunis. Lally-Tollendal capitule le 14 janvier 1761. Fait prisonnier, il est conduit en Angleterre, et obtient sa liberté sur parole pour se défendre à Paris contre les accusations de trahison et de corruption qui sont portées contre lui. Embastillé par lettre de cachet, Lally-Tollendal ne pourra pas préparer sa défense mais laissera des mémoires, dont un réquisitoire contre le marquis de Bussy qui l’a secondé durant le siège de Pondichéry. Douze ans plus tard, Trophime-Gérard de Lally-Tollendal, son fils naturel, qui a découvert sa filiation le jour de la mort de son père, s’acharnera à obtenir sa réhabilitation. Avec le soutien de plusieurs alliés, dont Voltaire, iI obtiendra la cassation du procès par le conseil d’État privé de Louis XVI et son renvoi devant le parlement de Rouen1. Les deux parlements confirmeront la condamnation malgré la persévérance des défenseurs de Lally.

Cette estampe anonyme du XVIIIe siècle conservée au Musée Voltaire de la Bibliothèque de Genève (voir côte CH IMV MS ALT, Fonds Lally-Tollendal), est consultable dans la collection Philippe Zoummeroff de la bibliothèque Criminocorpus.

Voir aussi dans la bibliothèque Criminocorpus :

Lally-Tollendal : deux lettres autographes (1764)



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 24 avril). Affaire Lally-Tollendal [Gravure figurant l’exécution du comte Lally](1766). Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndu7

  1. Au sujet de la cassation du procès Lally, nous renvoyons à l’ouvrage de Pierre-Antoine Perrod, L’affaire Lally-Tollendal. Une erreur judiciaire au 18e siècle, 1976  []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search