Adolf Busch : le premier des Justes

Adolf Busch : le premier des Justes
Adolf Busch : le premier des Justes

Adolf Busch : le premier des Justes

André Tubeuf rend ici hommage à une grande figure, trop peu connue, du XXe siècle. Adolf Busch (1891-1952) était le violoniste numéro 1 d’Allemagne. Pour l’Histoire, il restera ce pur Aryen qui le premier a rompu avec une Allemagne où il avait tout, son public, son avenir, jurant qu’il n’y remettrait les pieds qu’une fois Hitler pendu entre Goebbels et Goering. Pour ce pacifique proscrit par choix puis exilé par la guerre, un seul combat : que la musique de Bach puisse plaire à tous. Et une vraie victoire : Marlboro (Vermont), où lui et les meilleurs de la vieille Europe ont replanté dans la jeune Amérique leurs racines, leur style, leur foi.

Un récit passionnant et exemplaire.

André Tubeuf est né à Smyrne en 1930. Admis à TENS Ulm en 1950, il est agrégé de philosophie en 1954. Jacques Duhamel et Michel Guy l’appellent l’un et l’autre à leur cabinet dans les années 1970, conseiller pour la musique, sans pour autant qu’il quitte son enseignement. Il est également présent dans la presse musicale, Opéra international, L’Avant-Scène Opéra, Harmonie puis Diapason et désormais Classica, et Le Point depuis 1976. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la musique. Parmi les derniers : L’Offrande musicale : compositeurs et interprètes (Robert Laffont, collection « Bouquins ») ou le Dictionnaire amoureux de la musique (Plon). Actes Sud a publié son dernier roman, La Quatorzième Valse et quatre titres dans la collection « Classica », dont Ludwig van Beethoven, prix de l’Essai 2009 de l’Académie française.

La revue de presse Étienne Anheim – Le Monde du 5 novembre 2015

Actes Sud, qui vient de fêter les dix ans de sa collection de biographies de musiciens, l’accompagne désormais de biographies d’interprètes. Adolf Busch (1891-1952) en constitue une magnifique figure inaugurale. Violoniste allemand formé dans la tradition du XIXe siècle, il est, comme beaucoup de grands musiciens de sa génération, à la fois compositeur et ­interprète…

A cet homme pour qui le monde et l’art ne faisaient qu’un, la plume alerte d’André Tubeuf rend vie mais, aussi et surtout, justice.

André Tubeuf, Adolf Busch, Le premier des justes, Actes Sud,  Coll. Musique, Arles, novembre 2015. Préface de Bruno Capuçon

Extrait du  livre : 

Le béni

La légende est vraie. Vienne, 1912. Adolf Busch a vingt et un ans. Ce qui s’envole de son violon au solo de la Missa solemnis est un or mystique, l’or pur de la charité. « Benedictus qui venit in nomine Domini…  » Tant de grâce, et tant de certitude ! Bruno Walter dirige, il n’oubliera jamais. Ces forces morales auxquelles de toute son âme il croit, sans lesquelles la Musique n’est rien, ces forces morales qui permettront à quelques-uns de traverser droits et dignes le siècle qui vient, siècle de fer, elles sont là. Elles s’incarnent en ce jeune homme au visage d’enfant, aux yeux plus bleus qu’il n’est permis. C’est lui, le béni. Ainsi Schumann autrefois a vu arriver l’enfant Brahms, même blondeur, même innocence. Il l’a appelé : celui qui devait venir. Comme c’est allemand ! C’est ce qui d’Allemagne est le plus éternel, et le meilleur. Il faudra bien devenir homme fait : un arbre à son tour. Cette lumière bleue du regard, cette stupéfiante innocence (ou ingénuité) dureront au-delà de ce que la vie habituellement tolère. On les retrouvera dans les dernières images que nous ayons de Busch, inentamées. Le pétillement, lui, sera vite parti, sur ses quarante ans, et à jamais. Mais il faut le dire d’abord : cette innocence, cette pureté, si Busch le premier dans l’Histoire a pu les garder contre les cruautés de l’Histoire, c’est que d’enfance il avait su les préserver contre cela même qui l’a fait Busch, contre son violon. C’est périlleux, le violon, pour une âme d’artiste qui est aussi (et d’abord) une âme morale. C’est tentateur.

Betthoven vs Paganini

Le violon apporte du plaisir et le sait, souvent il s’en contente. Plaisir pour ceux qui écoutent, plaisir pour celui qui joue. S’il n’était pas sensuel Busch n’aurait pu chérir et choyer comme il a fait son ex-Wiener au son lumineux, soyeux, qui vibre et caresse à la fois. Mais même jouissant et de ce plaisir, et de celui qu’il répand, pas un instant il n’oubliera que c’est Beethoven qu’il joue ici, ce Beethoven qu’il ne quittera jamais, celui du concerto joué des centaines de fois, mais aussi des sonates avec Serkin. Beethoven n’invite pas à la sensualité. Ou alors sublimée, ce qui veut dire d’abord contrariée. La contrariant, il la sublime. Derrière son masque bourru il est assez susceptible et irritable pour qu’on le sache, a fortiori, sensible. Mais rien dans sa meilleure musique (ni dans sa vie sans doute) ne porte signe de plaisir, pris ou donné. D’ahan plutôt, d’effort en tout cas ; et pas pour escalader le ciel, comme fera Paganini, le violoniste diable. Mais pour se dépasser lui-même et excéder, par la même occasion, (…)


Vous aimerez aussi...