Affaire Fieschi. Sur l’attentat à la « machine infernale » contre Louis-Philippe (1835) [placard illustré]

Relation circonstanciée sur les nommés Fieschi, Pépin, Morey, Boireau et Béchet, mis en jugement par arrêt de la Cour des Pairs[…], placard illustré, 1835, impr. Chassaignon, collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

Relation circonstanciée sur les nommés Fieschi, Pépin, Morey, Boireau et Béchet, mis en jugement par arrêt de la Cour des Pairs[…], placard illustré, 1835, impr. Chassaignon, collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

Le 28 juillet 1835, Louis-Philippe et son cortège passe boulevard du Temple en direction de la Bastille pour passer en revue la garde nationale à l’occasion de l’anniversaire des Trois Glorieuses et l’avènement du régime. Depuis la fenêtre de l’immeuble du 42 du boulevard, Giuseppe Fieschi, insurgé républicain d’origine corse, mitraille la voiture du souverain et son cortège à l’aide d’une « machine infernale » faite de vingt-cinq canons de fusils juxtaposés et reliés entre eux sur un châssis incliné1. Louis-Philippe et sa famille sont épargnés, mais l’attentat fait 18 morts – dont le maréchal d’Empire Mortier et 42 blessés. Des nombreux attentats contre le roi visant à renverser la monarchie de Juillet, il s’agit du plus meurtrier. Arrêté, Fieschi fait des aveux et signale ses complices : Pépin, Boireau et Morey. Tous sont conduits à la Conciergerie, où ils restent plusieurs mois, avant d’être transférés à la prison du Luxembourg pour deux mois. Le procès démarre le 30 janvier 1836 ; l’arrêt est rendu le 16 février 1836. Fieschi est condamné à la peine de mort pour régicide2 , Morey et Pépin à la peine de mort, et Boireau à 20 ans de détention. Fieschi est guillotiné le 19 février 1836.

L’attentat de Fieschi conforte Louis-Philippe Ier dans sa volonté de surveillance et de contrôle de la presse politique. En effet, cet événement qui se déroule peu de temps après la deuxième révolte des canuts d’avril 1834,  entraîne le dernier « roi des français » à promulguer une série de lois répressives, dites « scélérates » dont la loi du 9 septembre 1835 rétablissant la censure – qui revient sur la charte constitutionnelle d’août 1830 garantissant la liberté de la presse.

L’affaire du régicide Fieschi est à découvrir à travers le placard illustré intitulé Relation circonstanciée sur les nommés Fieschi, Pépin, Morey, Boireau et Béchet, mis en jugement par arrêt de la Cour des Pairs […] dans la collection Philippe Zoummeroff de Criminocorpus.

Voir aussi dans Criminocorpus :



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 22 mai). Affaire Fieschi. Sur l’attentat à la « machine infernale » contre Louis-Philippe (1835) [placard illustré]. Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nduc

  1. Conservée aux Archives nationales sous la cote AN AE/V/120-124 []
  2. Condamné à la peine des parricides il sera conduit à l’échaffaud en chemise, nus pieds et la tête couverte d’un voile noir []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search