Pierre-Jacques Bonhomme de Comeyras : Mémoire pour le sieur Masers de Latude (1784)

Mémoire pour le sieur Masers de Latude, successivement prisonnier depuis 1749 à la Bastille, à Vincennes et au château de Bicêtre rédigé par l'avocat de Comeyras, page de garde, coll. Philippe Zoummeroff/CriminocorpusAu début de l’année 1749, Jean Henry, dit Danry (1725-1805), né d’une mère servante et d’un père inconnu à Montagnac dans  le Languedoc, se retrouve en chômage à Paris suite à sa démobilisation à la fin de la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748) où il a servi en tant que garçon chirurgien. Il a 24 ans et recherche la protection de Madame de Pompadour, maîtresse-en-titre de Louis XV entre 1745 et 1751. Le 28 avril 1749, Danry se rend à pied à Versailles pour dénoncer un complot contre la marquise. Le valet qui le reçoit écoute sa déclaration : alors qu’il traverse le jardin des Tuileries, Danry surprend une conversation entre deux personnes assises sur un banc qui évoquent l’assassinat de Madame de Pompadour. Danry les suit ensuite jusqu’à la Poste, où ils déposent un colis empoisonné à destination de la Pompadour. L’enquête est confiée au policier Saint-Marc, mais ce dernier découvre rapidement la supercherie. C’est Danry lui-même qui a confectionné le colis. Celui-ci, bien que inoffensif, contient des larmes bataviques pleines de poudre d’alun et de vitriol. Saint-Marc arrête le suspect et la marquise de Pompadour ordonne par lettre de cachet l’incarcération de Danry à la prison d’État de la Bastille.

Au bout de 15 jours, Danry passe aux aveux. Soupçonné de faire partie d’un vaste complot, il est maintenu en détention à la Bastille, puis à Vincennes, d’où il s’évade une première fois. Il est repris en moins d’une semaine. Le 1er juillet 1750, il est conduit une seconde fois à la Bastille, où il purge 18 mois de cachot. Au printemps 1752, le gouverneur de la Bastille l’installe au premier étage d’une des tours, dans la cellule d’un nommé Antoine Allègre, languedocien lui aussi, et incarcéré également par lettre de cachet pour avoir dénoncé un faux complot contre Madame de Pompadour. Danry et Allègre s’évadent ensemble à l’aide d’une échelle de corde tressée avec du fil tiré de vêtements conservés dans une malle et d’échelons de bois taillés dans des bûches de chauffage. Allègre est arrêté en avril 1756 ; Danry rejoint la Hollande où il est capturé en juin 1756. Danry exige de parler au lieutenant général de Sartine, à qui il demande sa libération, ainsi qu’un dédommagement de 100 000 livres. Sartine l’envoie à Vincennes. En 1765, il prend le nom de Masers de Latude, prétendant être le fils naturel du marquis Henri Vissec de Latude, décédé en 1761. Il est envoyé à Bicêtre en 1777.

En 1782, une marchande mercière du nom de Legros1 entreprend de nombreuses démarches pour faire libérer Latude. Elle rencontre en personne le lieutenant général Lenoir, puis le premier commis du secrétaire du roi, sans succès. Puis, dans un contexte parisien favorable de vive critique du despotisme ministériel représenté par les ordres administratifs que sont les lettres de cachet2, Legros obtient le soutien de madame Necker, la femme du ministre de Louis XVI. Le plus ancien correctionnaire des prisons d’État est libéré conditionnellement en 1784 par lettre de cachet, et exilé dans sa ville natale de Montagnac. Finalement, en mars 1784, le baron de Breteuil signe la libération définitive de Latude, qui s’installe près de sa bienfaitrice dans le quartier de Saint-Germain-l’Auxerrois.

Le « prisonnier du roi » Latude est devenu célèbre pour la durée de ses incarcérations –  35 annés – ainsi que pour ses évasions spectaculaires. Mais il est surtout devenu un héros de la Révolution française, érigé en victime de l’arbitraire du pouvoir royal. Le document présenté ici, le Mémoire pour le sieur Masers de Latude (1784), rédigé par Comeyras, avocat engagé dans des causes célèbres, est à consulter dans la bibliothèque de Criminocorpus – collection Philippe Zoummeroff. Pourtant, la libération de Latude « n’est ni une cause (Latude n’est pas une figure totalement innocente), ni a fortiori une cause célèbre » : Madame Legros ne dénonce pas les abus des institutions judiciaires comme Voltaire ou les avocats des « causes célèbres ».3

Voir aussi sur Criminocorpus :

Henri Masers de Latude, Lettre autographe signée « Danry » à la Marquise de Pompadour (1762)



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 23 juin). Pierre-Jacques Bonhomme de Comeyras : Mémoire pour le sieur Masers de Latude (1784). Criminocorpus. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nduf

  1. Au sujet de l’engagement de Madame Legros pour la libération de Latude, nous renvoyons à l’article de Laurence Croq, « Mme Legros, citoyenne sans le savoir (Paris, fin XVIIIe siècle) », Clio [En ligne], 43 | 2016 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.12960 []
  2. A se sujet, nous renvoyons à l’article de Jeanne-Marie Jandeaux, « La révolution face aux “victimes du pouvoir arbitraire” : l’abolition des lettres de cachet et ses conséquences »Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ahrf.12293 []
  3. Laurence Croq, « Mme Legros… op. cit. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search