Affaire du vampire du Muy (1901)

page 9, Détective, tome 431, 28 janvier 1937, collection Détective, Criminocorpus/BiLiPO. Bibliothèque des littératures policières. Ville de Paris

page 9, Détective, tome 431, 28 janvier 1937, collection Détective, Criminocorpus/BiLiPO. Bibliothèque des littératures policières. Ville de Paris

Le 29 juillet 1912, Victor Ardisson, âgé de quarante-deux ans, s’enfuit de l’asile départemental d’aliénés de Pierrefeu-du-Var. Surnommé « le vampire de Muy », il y était interné depuis neuf ans.

Le 21 septembre 1901, Antoine Ardisson, fossoyeur, monte l’escalier de sa maison au Muy près de Fréjus dans les Alpes-Maritimes. Alors qu’il arrive à la porte de son galetas au troisième étage, il remarque une odeur de viande pourrie émanant d’une pièce servant de débarras. Il pénètre dans la pièce obscure et y découvre le cadavre de Marinette Saloux, morte à l’âge de six ans. Antoine Ardisson rapporte sa découverte à la gendarmerie. Dans la maison des Ardisson, les gendarmes trouvent aussi un sac contenant un paquet de bougies, des pétards, un livre de messe, un crucifix, deux anges de terre cuite, et une tête de femme, morte depuis longtemps, mais assez bien conservée. Il s’agit de la tête d’une certaine Julie C… 14 ans. Interrogé, Victor nie l’assassinat, mais passe aux aveux dans la soirée : il a arraché Marinette Saloux à son cercueil vers une heure du matin. Elle avait été inhumée l’avant-veille de la découverte macabre. On découvre alors que Victor a inhumé plusieurs filles du même âge que Julie C…, et que cela dure depuis plus de dix ans. Aidant son père à inhumer les cadavres, il avait pris l’habitude de laisser sur place une pelle, une bêche et un tournevis pour détacher le couvercle du cercueil, tâche lui prenant seulement une demi-heure.

Un examen médical établit que Victor Ardisson est anosmique. Puis, un rapport médico-légal le déclare irresponsable ; il est interné le 21 décembre 1904 à l’asile de Pierrefeu, où il est employé aux travaux agricoles. Repris grâce à des battues organisées au village, Victor Ardisson est remis à l’asile. Il décède à l’asile d’aliénés de Montdevergues (à Montfavet, commune d’Avignon) le .

« Les crimes commis au Muy, dans le Var, par Victor Ardisson présentent des particularités si extraordinaires qu’ils méritent, à certains points de vue, d’attirer l’attention du médecin. Ardisson ne se contente pas, en effet, comme un vulgaire nécrophile, de s’introduire, la nuit, furtivement dans le cimetière, d’exhumer des cadavres de jeunes filles, de les violer ; il fait plus, il transporte chez lui le corps de l’une d’elles et d’une autre la tête séparée du tronc. Il occupera une place à part dans l’histoire médico-légale, qu’il aura enrichie d’un chapitre nouveau, triste et navrant. »1

Amandine Malivin note également que « en 1901, pour la première fois, un nécrophile échappe à la justice au profit des médecins, permettant de mener une réelle étude de cas. »2. En effet, ce sont les travaux d’Alexis Épaulard sur Ardisson3 qui feront glisser la nécrophilie du « statut de fait divers à celui de fait médico-psychologique ».4

Aussi nous proposons dans ce billet de découvrir l’affaire du « vampire du Muy » à travers les Notes et observations médico-légales d’Alexis Épaulard. Cette étude de cas, publiée dans le tome 17 des  Archives de l’anthropologie criminelle (1902, p. 107-122), est disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Voir aussi sur Criminocorpus :

Sur la base de données Complaintes Criminelles en France (1870-1940) :

Le vampire de Muy ou le violeur de cadavres, chanson complainte



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 26 juin). Affaire du vampire du Muy (1901). Criminocorpus. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndug

  1. A. Hugues, « Le Nécrophile Ardisson », La France médicale, 1er janvier 1901 []
  2. Amandine Malivin, « Le nécrophile, pervers insaisissable (France, XIXe siècle) », Criminocorpus [En ligne], 7 | 2016 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.3381 []
  3. Alexis Épaulard, élève de Lacassagne, rédigera sa thèse pour obtenir le grade de docteur en médecine sur ce sujet : Vampirisme : nécrophilie, nécrosadisme, nécrophagie. Présentée à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Lyon, et soutenue publiquement le 23 décembre 1901. []
  4. Amandine Malivin, « Le nécrophile…», op. cit. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search