Affaire d’escroquerie au mariage (ex-lieutenant David) (1932)

Charles Octave David, ex lieutenant, repris de justice, escroc arrêté pour la 7e fois, coll. Le Petit Parisien, ENAP/Criminocorpus

Charles Octave David, ex lieutenant, repris de justice, escroc arrêté pour la 7e fois, coll. Le Petit Parisien, ENAP/Criminocorpus

Lorsque Désiré Charles Octave David est arrêté par la police judiciaire le 19 novembre 1932 à son domicile au 7 rue de la Tour dans le 16e arrondissement, il est déjà titulaire de six condamnations. Le 23 septembre 1922, le « lieutenant David », le « beau David », « l’homme aux dix fiancées » , est condamné à deux ans de prison et cent francs d’amende aux assises de la Seine pour avoir détourné, avec la complicité de sa sœur Jeanne David, pour 150 000 francs de bijoux et touché deux faux chèques de 10 et 13 000 francs. Les bijoux appartenaient à une de ses amies, Augustine Gaudin, demeurant à Lyon. En décembre 1925, il est arrêté à Düsseldorf sur une plainte en escroquerie. On découvre alors qu’il détourne des documents secrets intéressant la défense nationale grâce à sa complice et amie, Mathilde Tardieu, condamnée ultérieurement par la 11e chambre correctionnelle pour ces faits. Le gouvernement allemand le fait extrader pour le livrer aux autorités françaises, mais s’oppose à ce que l’espion soit interrogé sur d’autres délits que ceux relevant du droit commun. Désiré David comparait alors pour une escroquerie et un abus de confiance : il a vendu une bague pour 65 000 francs à M. Charles Rougier, bijoutier impliqué dans les poursuites pour recel. La bague dont le diamant s’était desserti appartenait à Mme Sulzberger, une Américaine dont il avait fait connaissance à Deauville en août 1925.

Extradé en France, il est condamné le 21 janvier 1929, à cinq ans de prison par la Cour des appels correctionnels de Paris. Le Parquet de Brest ordonne son transfert à la maison centrale de cette ville le 16 février 1929, pour répondre d’une escroquerie et d’une émission de chèque sans provision, devant le Tribunal correctionnel de Brest.

Le 22 juillet 1934, l’ex-lieutenant est condamné à trois ans de prison et cent francs d’amende pour de nombreuses escroqueries au mariage. Sa première victime est Claire Deloustal, rencontrée à sa sortie de maison centrale, et qu’il épouse en mai 1930. Il dilapide tout son argent et engage ses bijoux au mont de piété. Toujours marié avec Claire Deloustal, il séduit Juliette Dickson, née Mullois dans le rapide de Bayonne, se faisant passer pour un rédacteur au Mercure de France : il la dépouille de près de 300 000 francs pour une prétendue affaire d’édition. Il escroque ensuite Mlle Porte en échangeant avec elle un chèque de 250 000 francs sans provision contre le paquet de titres constituant les économies de la victime. Puis c’est au tour de Mlle Tournoux de lui verser 100 000 francs pour une « affaire de journaux ». Il se présente comme le directeur de la Dépêche de Rouen à une certaine Mme Renault, qui le prend comme locataire, lui avance 17 500 francs et lui remet une bague de 30 000 francs. Enfin, il se remarie avec la veuve Revillod, née Gazel, qui, avait accepté de régler trois traites représentant 235 000 francs. Au décès de cette dernière, David a pu continuer ses escroqueries. Sa sœur Jeanne est condamnée à six mois de prison avec sursis et cent francs d’amende.

Cette affaire d’escroquerie au mariage, l’affaire de l’espion-escroc David, est à retrouver dans la collection du Petit Parisien de bibliothèque de Criminocorpus.



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 24 juillet). Affaire d’escroquerie au mariage (ex-lieutenant David) (1932). Criminocorpus. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndun

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search