Balance de précision, prison de Fresnes (1950)

Balance pharmaceutique ou trébuchet de laboratoire, maison d’arrêt de Fresnes, 1950 ; source : ENAP/CRHCP, bibliothèque Criminocorpus, collection Prisons. Objets et documents

Balance pharmaceutique ou trébuchet de laboratoire, maison d’arrêt de Fresnes, 1950 ; source : ENAP/CRHCP, bibliothèque Criminocorpus, collection Prisons. Objets et documents

La collection Prisons. Objets et documents de la bibliothèque de Criminocorpus propose une sélection de pièces provenant principalement des fonds du Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) de l’École nationale d’administration pénitentiaire (Enap), où quelque 800 objets issus du Musée national des prisons à Fontainebleau ont été transférés à la fermeture de celui-ci en juillet 2013.

La pièce présentée dans ce billet, une balance de précision datant du milieu du XXe siècle, provient de l’infirmerie centrale des prisons de la Seine de la maison d’arrêt de Fresnes. Construite en même temps que la prison de Fresnes en 1898, l’infirmerie centrale des prisons de la Seine, composée de 110 chambres-cellules à son ouverture, était destinée à recevoir les détenus en attente d’interventions médicales graves. Cette balance était utilisée par le pharmacien, qui, avec le médecin et le chirurgien, faisait partie de l’équipe médicale en maison centrale, et dont les attributions sont décrites dans le Règlement d’attributions pour les employés de l’Administration des Maisons centrales de détention du 5 octobre 18311, ainsi que dans la circulaire du 5 juin 1860 portant envoi d’un règlement et de modèles d’écritures pour le service médical des maisons centrales2



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 21 août). Balance de précision, prison de Fresnes (1950). Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nduo

  1.   « La surveillance spéciale du service des infirmeries est attribuée au pharmacien, sous l’autorité du directeur et de l’inspecteur. Il prépare les médicaments conformément aux prescriptions, et en surveille la distribution, ainsi que celle des vivres accordés aux malades, suivant les cahiers de visites. » []
  2. Règlement du service de santé des maisons centrales. Code des prisons. 1856 à 1861 (tome 3 ; 1862), p. 135. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search