Affaire du Dr Laget, le dentiste empoisonneur (1929)

« Le Dr Laget ne sera pas guillotiné », couverture de Police Magazine, tome 46, 11 octobre 1931, collection Police Magazine/Criminocorpus

« Le Dr Laget ne sera pas guillotiné », couverture de Police Magazine, tome 46, 11 octobre 1931, collection Police Magazine/Criminocorpus

À la fin de l’été 1929, à Béziers, Marie-Louise Laget est prise de malaises, de toux, de démangeaisons et de saignements. Elle revient de chez son frère Pierre, dentiste de profession, qui vit dans le Tarn. Son médecin personnel, le docteur Roulleau, diagnostique une intoxication alimentaire. Sa mère et son frère Pierre s’installent chez la malade pour prendre soin d’elle. Fin janvier 1930, la mère fait appeler un autre médecin, le docteur Pagès, qui recommande à Roulleau de faire hospitaliser Marie-Louise. Pendant son séjour dans une clinique de Béziers, elle se remémore que sa belle-sœur Suzanne, décédée trois mois auparavant, souffrait des mêmes symptômes qu’elle. Elle se souvient également que la première femme de Pierre, Sarah, était morte sept ans auparavant, d’une présumée crise cardiaque.

Marie-Louise rédige un testament où elle désigne sa mère comme légataire universelle. Puis elle porte plainte pour empoisonnement sur sa personne. Après l’ouverture d’une information par le procureur de Béziers, Marie-Louise révèle au juge d’instruction que son frère Pierre a une dette importante envers elle. Des analyses de sang, d’urine et de cheveux sont réclamés auprès d’un collège d’experts : des traces d’arsenic y sont trouvées et,  les doses, mortelles, sont datées du dernier Noël, période pendant laquelle Marie-Louise se trouvait chez son frère Pierre pour réveillonner.

Le 10 février 1930, Pierre Laget est arrêté sous l’inculpation de tentative d’empoisonnement. Il est incarcéré à la prison de Béziers. Interrogé, il reconnaît devoir 90 000 francs à sa sœur Marie-Louise, admet qu’il possède de l’arsenic chez lui, mais nie l’empoisonnement. Pourtant, aucun arsenic n’est trouvé à son domicile. Le 14 février 1930, le juge d’instruction, le procureur et le médecin légiste accompagnent Laget au cimetière de Béziers pour y faire exhumer Sarah et Suzanne. Laget assiste aussi à l’autopsie de ses deux épouses défuntes. Les analyses des cadavres révèlent une intoxication arsenicale probable pour Sarah et une intoxication arsenicale avérée pour Suzanne.

Laget est renvoyé aux assises de l’Hérault au mois de décembre 1930, et transféré à la prison de Montpellier en mai 1931. Le procès s’ouvre le 3 juin 1930 : tous les témoins confirment que seul Pierre Laget administrait des traitements à Marie-Louise. À l’issue de trois jours d’audience, Pierre Laget est condamné à mort. Il est déclaré coupable de l’empoisonnement de sa sœur, du décès de sa deuxième femme Suzanne, mais il est acquitté pour le meurtre de sa première femme, Sarah. La cour de cassation rend un arrêt de rejet, puis le président de la République Paul Doumer gracie Pierre Laget. Condamné aux travaux forcés à perpétuité, il débarque au bagne de Guyane en octobre 1931, où il devient infirmier à l’hôpital, puis assistant du chirurgien. Sa peine est réduite à 20 ans en 1938. Il se suicide par empoisonnement dans sa cellule le 1er septembre 1944.

Voir aussi dans la base des complaintes :

Voir aussi dans la bibliothèque Criminocorpus :



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 28 août). Affaire du Dr Laget, le dentiste empoisonneur (1929). Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndup

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search