Paul Gorgulov, Évangile de la Nature. Chanson de la mort (1932)

Paul Gorgulov, Évangile de la Nature. Chanson de la mort (1932), rédigé à la prison de la Santé, page de garde, collection Philippe Zoummeroff/Crimonocorpus

Le 6 mai 1932, vers 15 heures, le président de la République Paul Doumer (1857-1932) est assassiné à l’hôtel Salomon Rothschild, rue Berryer dans le 8e arrondissement de Paris, alors qu’il inaugure la foire aux livres annuelle organisée par les écrivains vétérans de 1914-1918. Atteint par deux balles d’un pistolet Browning M1910 à la base du crâne et au niveau de l’aisselle droite, il décède le lendemain à l’hôpital Beaujon. L’auteur du meurtre, un dénommé Paul Brède, est interpellé. Il se présente comme « écrivain russe et ancien combattant ». On découvre sa véritable identité grâce à un carnet trouvé sur lui intitulé « Mémoire de Paul Gorguloff, dictateur vert du parti national panrusse qui a tué le président de la République française ».

Émigré russe né le 29 juin 1895 dans le Caucase, auteur de poésie et de prose, propagandiste solitaire de théories nationalistes, Paul Gorgulov part pour Paris en 1930 titulaire d’un passeport Nansen, dans l’intention de rejoindre la Légion étrangère. Il avait obtenu son diplôme de médecin à Prague à l’université Charles en 1926 avant d’être expulsé de Tchécoslovaquie pour des avortements illégaux et/ou des viols. Membre des sociétés de jeunes écrivains russes à Paris, Gorgulov est l’auteur d’une brochure sur la Russie nationale paysanne en 1931, et a publié un recueil de contes et de poèmes Le secret de la vie des Scythes1.

Le procès de Paul Gorgulov s’ouvre devant la cour d’assises de la Seine le 25 juillet 1932. Le contexte de l’entre-deux-tours des élections législatives en 1932 est propice à toutes les interprétations de complots politiques (rouge, blanc ou brun2 ) mais le procureur général Donat-Guigue retient finalement la thèse de l’acte isolé. L’argument des troubles mentaux est rejeté, et Gorgulov est condamné à mort. Il est guillotiné par Anatole Deibler le 14 septembre 1932 à la prison de la Santé devant 3000 personnes. Le document présenté dans ce billet, l’Évangile de la Nature. Chanson de la mort, poème manuscrit rare, est le dernier texte rédigé par Gorgulov à la prison de la Santé le 6 août 1932.

Voir aussi  :

 



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2023, 18 septembre). Paul Gorgulov, Évangile de la Nature. Chanson de la mort (1932). Criminocorpus. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndus

  1. Pavel Bred, Le secret de la vie des Scythes. Prose et Poèmes, Paris, Société nouvelle d’éditions franco-slaves, 1932. []
  2. voir à ce sujet Sophie Cœuré, Frédéric Monier, « Paul Gorgulov, assassin de Paul Doumer »Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°65, janvier-mars 2000. p. 35-46. doi : https://doi.org/10.3406/xxs.2000.2870 []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search