Aux origines du Laboratoire de police scientifique de Paris (nouvelles mises en ligne)

Pierre Piazza nous permet la mise en ligne de douze nouveaux documents historiques (période 1908-1946) provenant de sa collection personnelle dans la bibliothèque numérique « Police scientifique – Bertillonnage » dont il assure la direction au sein du musée en ligne Criminocorpus consacré à l’histoire de la justice des crimes et des peines.

–  L. B., « Jubilé Jules Ogier », extrait du Bulletin de l’Association des Élèves de Frémy, 25 novembre 1908.

–  Louis Tomellini, Le Laboratoire du service de l’Identité judiciaire de la Préfecture de police de Paris. Photographie métrique. Système Bertillon. Nouvel appareil de la Sûreté générale. Mode d’emploi et considérations sur les applications à la médecine légale et à l’anthropologie, Lyon, A. Rey & Cie, imprimeurs-éditeurs, 1908.

Raoul Viterbo, « L’orientation scientifique de la police moderne », Le Monde Illustré, n° 3311, 4 juin 1921.

Jacques Boyer, « Le Laboratoire de police scientifique de Paris et les nouvelles méthodes d’expertise judiciaire », La Nature, n° 2465, 2 juillet 1921.

Docteur G. De Bouttencourt, « Les criminels aux prises avec la science. Les savants sont à même de déceler la présence de sang humain dans des tâches qui peuvent être vieilles de plusieurs siècles », Sciences et voyages, n° 115, 10 novembre 1921.

–  Victor Balthazard, Edmond Bayle, Payen, Ruby, Précis de police scientifique à l’usage des magistrats, officiers de police judiciaire, médecins légistes inspecteurs de la sûreté, gardiens de prisons. Introduction. Instructions signalétiques, Paris, Librairie J-B. Baillière et fils, 1922.

–  Milorad Krstitch, Expertise de documents écrits. Faux par déguisement et imitation libre. Analyse graphomérique. Valeur critique de la méthode, Lyon, Imprimerie Bosc frères & Riou, 1924.

Edmond Bayle et Augustin Maché, « La mort tragique d’Edmond Bayle » / Edmond Bayle et Augustin Maché, « La science au service de la vérité », L’Illustration, n° 4515, 21 septembre 1929.

–  Victor Balthazard, Henri Claude, Joseph Lévy-Valensi, Précis de police scientifique à l’usage des magistrats, officiers de police judiciaire, médecins légistes inspecteurs de la sûreté, gardiens de prisons. Éléments de criminologie psychiatrique, Paris, Librairie J-B. Baillière et fils, 1936.

–  Jean Clair-Guyot, « Les laboratoires de police », L’Illustration, n° 5260-5261, 1er au 8 janvier 1944.

–  Georges Béroud, Identification des balles et des douilles, Marseille, Imprimerie de la Société du « Petit Marseillais », 1944.

–  Georges Béroud, Causes d’erreurs dans l’identification des douilles, Marseille, Imprimerie de la Société du « Petit Marseillais », 1946.

Ces documents concernent surtout les laboratoires de police scientifique, et en particulier celui de Paris dont on fête actuellement le centenaire (ses différentes divisions et sections – chimie, balistique, biologie, etc. – sont depuis 2021 toutes regroupées dans un même bâtiment situé à Saint-Denis).

©SRPTS de Paris

Richement illustrés, les textes ici présentés permettent notamment de mieux comprendre la genèse et l’institutionnalisation progressive du Laboratoire de police scientifique qui va s’établir dans les greniers du Palais de Justice au cœur de la capitale. Celui-ci va prolonger, perfectionner et compléter l’activité déployée par les différents « ateliers » (dactyloscopie, galvanoplastie, identification graphique, photographie descriptive des objets, etc.) mis en place par Alphonse Bertillon – à partir de la fin du XIXe siècle – au sein du service parisien de l’Identité judiciaire qu’il dirigera jusqu’à sa mort en 1914.

Grâce au contenu de ces sources, il est aussi possible d’appréhender en détail les méthodes, les instruments et les expérimentations qui, lors du premier tiers du XXe siècle, commencent à être développés dans le cadre de ce Laboratoire parisien pour révéler et interpréter une grande quantité de traces infinitésimales à des fins de résolution d’enquêtes policières portant sur des affaires de nature très diverse : crimes, effractions, fraudes, contrefaçons, falsifications, trafics de produits illicites, etc.

©SRPTS de Paris

Les textes et l’iconographie mis à la libre disposition de tous renseignent encore sur le rôle primordial joué par les successeurs  d’Alphonse Bertillon – Philippe David (1914-1918), Victor Balthazard (1920-1921) ou encore Edmond Bayle (1921-1929) – dans l’essor à Paris et en province d’une nouvelle forme de police qui entreprend désormais méthodiquement et systématiquement de faire parler une myriade de détails souvent indécelables à l’œil nu.

En effet, à l’heure où le fait divers criminel est érigé en objet médiatique obsédant par une presse à grand tirage qui en relate quotidiennement les moindres détails dans ses colonnes et à sa une, on voit – à la même période – se multiplier une grande quantité et variété d’expertises inédites visant à rechercher et à établir des preuves matérielles pour confondre les coupables à partir de l’exploitation de riens microscopiques.  La police parisienne est alors véritablement à l’avant-garde de ce processus en s’ingéniant chaque jour à mobiliser la science contre le crime  et au service de la vérité et de la Justice.

* Voir aussi  : 

– l’interview réalisé à l’occasion du centenaire du laboratoire de la police scientifique avec Christel Sire-Coupet, directrice du laboratoire et Pierre Piazza.

– la playlist Secrets d’experts. Police technique et scientifique sur la chaîne Youtube de Criminocorpus.

– Pierre Piazza, Meurtres à la une. Le quotidien du crime à Paris en 1900, Ed. de La Martinière, 2023
https://www.editionsdelamartiniere.fr/livres/meurtres-a-la-une

– Pierre Piazza , Richard Marlet, La Science à la poursuite du crime. D’Alphonse Bertillon aux experts d’aujourd’hui, Ed. de La Martinière, 2019
https://www.editionsdelamartiniere.fr/livres/la-science-a-la-poursuite-du-crime

Photo en une : ©SRPTS de Paris



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2023, 14 décembre). Aux origines du Laboratoire de police scientifique de Paris (nouvelles mises en ligne). Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndv6

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search