Exhiber le crime vaincu : les fourches patibulaires et la justice criminelle sous l’Ancien Régime (Christophe Regina)

IMG_1832(1)S’intéresser à la question des fourches patibulaires consiste, avant tout, à étudier l’histoire du pouvoir et de ses représentations, la mise en scène symbolique de ce dernier et son ancrage physique dans l’espace et le temps. L’ombre des fourches patibulaires qui pèse sur les sujets du roi de France est une ombre diaphane comme nous allons le voir, les condamnations à mort au XVIIIe siècle étant, proportionnellement à la quantité des plaintes déposées, quasi anecdotiques. Cependant, les condamnations à mort sont suffisamment nombreuses pour faire sens aux yeux des justiciables qui, au-delà de la contemplation d’une mort encore familière au XVIIIe siècle, voient la main du roi de justice s’exprimer par le biais de ses représentants. L’Encyclopédie n’indique-t-elle pas que les fourches sont employées, « afin d’inspirer au peuple plus d’horreur du crime » ? Les travaux de Pascal Bastien ont permis d’éclairer le rapport des justiciables à la mort spectaculaire et la relation entretenue entre le souverain et sa justice. Cependant, la question des fourches patibulaires permet de poser d’autres questions comme je tenterai de le montrer…

Lire la suite de cet article de Christophe Regina sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...