Journée d’études : Pendre, Suspendre, Dépendre (Moyen Âge-Époque moderne). Actualités de la recherche et approche interdisciplinaire

Pendre-suspendre-dependre-colloqueJournée d’études

15 février 2016

MSHA – Salle Jean Borde

10 esplanade des Antilles 33607 PESSAC

Pendu haut et court jusqu’à ce que mort s’ensuive… tels sont les
mots qui souvent s’imposent à l’imaginaire lorsque
condamnation rime avec pendaison. Dans son acception générale,
pendre signifie passer la corde au cou d’un condamné à mort et, en le
laissant gigoter au bout de celle-ci, l’abandonner à une suffocation
létale. Pour les époques médiévale et moderne, la pendaison ne saurait
toutefois se réduire à cette unique définition. En effet, pour l’historien des
textes et des images, si la justice peut faire pendre un criminel vivant, elle peut également faire suspendre son cadavre ou des morceaux de celui-ci. Parce que le
rituel public de la pendaison ancre le châtiment dans le champ de l’infamia juris et de l’exemplarité judiciaire, il convient de s’interroger sur les subtiles différences de sens entre les actes de pendre et de suspendre. Recouvrent-ils des instruments et des objectifs similaires ou différents ? Et qu’arrive-t-il au corps qui se balance à la potence ? Entre réhabilitation officielle et prorogation de l’outrage, il conviendra de se demander si la dépendaison est le nécessaire corollaire de la pendaison. Si les multiples modalités du couple pendaison-dépendaison peuvent être étudiées grâce aux sources écrites et figurées, qu’en est-il des données de terrain ? Les archéologues et les archéo-anthropologues ont-ils assez de matière pour renseigner la pendaison médiévale et moderne ? À l’heure du développement des sciences forensiques, les apports de la médecine légale et des criminologues, entre crime, suicide ou jeu érotique peuvent sans doute apporter un éclairage pertinent quant aux problématiques émergentes centrées sur les marqueurs archéologiques de l’activité judiciaire.

9h00 – accueil

9h15 – présentation de la journée, Martine Charageat

9h30 – Pendre, suspendre, dépendre au Moyen Âge et à l’Époque moderne : problématiques et actualités de la recherche, Mathieu Vivas

10h15 – pause

10h45 – La pendaison de Judas ou le châtiment sans fin, Anne Lafran

11h30 – The Technology of the Gibbet, Emma Battell Lowman & Sarah Tarlow

12h15 – pause déjeuner

14h15 – De la mandragore à la pendaison érotique : essai d’explication physiopathologique, Michel Sapanet

15h00 – Quelques cas cliniques de pendaison singulière, Stéphane Chapenoire & Michel Bénézech

15h45 – pause

16h15 – Analyse biomécanique des traumatismes crâniens consécutifs à une dépendaison : Approche expérimentale et numérique, Lionel Thollon & Maxime Llari

17h00 – fin de la journée d’étude

Organisation :

Mathieu Vivas : post-doctorant LaScarBx (mathieu.vivas@u-bordeaux-montaigne.fr)

Martine Charageat : MCF université Bordeaux Montaigne – Ausonius (martine.charageat@u-bordeaux-montaigne.fr)

Programme de la journée d’études



Citer ce billet
Sophie Victorien (2015, 21 décembre). Journée d’études : Pendre, Suspendre, Dépendre (Moyen Âge-Époque moderne). Actualités de la recherche et approche interdisciplinaire. Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd8q

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search