Fourches patibulaires et corps suppliciés dans les enluminures des XIVe-XVe siècles (Cécile Voyer)

Reims, BM, ms. 818, f° 54, cl. IRHT

Aborder la représentation des fourches patibulaires et des corps suppliciés dans les images des XIVe-XVe siècles nécessite un petit détour. Il est difficile en effet de ne pas se référer au plus emblématique des pendus, Judas, si l’on réfléchit aux représentations visuelles et symboliques drainées par le supplice de la pendaison. En choisissant de se suicider ainsi, celui qui incarne la traîtrise a contribué à qualifier cette mise à mort d’infamante et de honteuse.

Bien que l’apôtre félon se soit donné la mort – acte sacrilège s’il en est envers Dieu –, dans la patristique et l’exégèse pourtant, sa pendaison apparaît comme une mort « méritée », un « juste châtiment ». Ainsi le suicide du traître semble présenté non comme une mort volontaire mais bien comme une exécution : une pendaison (Mt 27, 3-8) suivie d’une éventration comme le rapportent les Actes des Apôtres (Ac. 1, 18). Ce suicide étant considéré comme un châtiment, la volonté divine – pourtant transgressée par l’acte de Judas – semble s’accomplir, rétablissant alors l’ordre…

Lire la suite de cet article de Cécile Voyer sur Criminocorpus.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sophie Victorien (21 décembre 2015). Fourches patibulaires et corps suppliciés dans les enluminures des XIVe-XVe siècles (Cécile Voyer). Criminocorpus. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd8r


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search