L’archéologie des lieux d’exécution en République Tchèque et en Basse-Silésie (Pologne) (Pavlína Mašková et Daniel Wojtucki)

Fouilles de 2002 (Cliché : Petr Sokol)

Dès le XIXe siècle, les travaux archéologiques mentionnent des lieux d’exécution. Les découvertes fortuites de squelettes, souvent décapités, et de vestiges en pierre dans des lieux nommés « L’Échafaud », « Le Gibet », « La Justice », ont amené les archéologues à interpréter ces restes osseux comme ceux de condamnés à mort inhumés aux pieds des fourches patibulaires. Dans la seconde moitié du XXe siècle, la problématique est toutefois resserrée et connaît un fort développement, tout d’abord en Allemagne, en Suisse et en Scandinavie et, plus récemment, dans les pays d’Europe centrale. Alors qu’en République Tchèque les recherches en la matière se font essentiellement dans le cadre de l’archéologie préventive, en Basse-Silésie, elles se font à la faveur de fouilles programmées…

Lire la suite de cet article de Pavlína Mašková et Daniel Wojtucki sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2016, 6 janvier). L’archéologie des lieux d’exécution en République Tchèque et en Basse-Silésie (Pologne) (Pavlína Mašková et Daniel Wojtucki). Criminocorpus. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd8t

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search