L’affaire du curé d’Uruffe

En 1956, à Uruffe, un village de Meurthe et Moselle, un jeune prêtre assassinait une jeune fille enceinte de lui et massacrait l’enfant qu’elle portait à coup de couteau. Guy Desnoyers est condamné le 26 janvier 1958 par la cour d’assises de Nancy à la réclusion criminelle à perpétuité. Une affaire qui avait bouleversé l’opinion à l’époque. Le film de Philippe Ramos « Fou d’amour » à l’affiche le mercredi 16 septembre 2015  s’inspire de ce fait divers.

Invités :

Jean-François Colosimo, écrivain, essayiste, directeur des éditions du Cerf et auteur du livre Le jour de la colère de Dieu (Ed Lattès / 2000) ; Philippe Ramos, réalisateur et scénariste. Son film Fou d’amour, inspiré du fait divers, sortira dans les salles demain, avec dans les rôles principaux : Melvil Poupaud, Dominique Blanc et Diane Rouxel ; Jean-Pierre Bigeault, psychanalyste, auteur du livre Le double crime de l’Abbé Desnoyers, curé d’Uruffe (Editions l’Harmattan / 2008)

Pour en savoir plus, accédez à la page de l’émission de Jacques Pradel : “L’heure du crime” en date du 15 septembre 2015 :

L’affaire du curé d’Uruffe

Le jour de la colère de DieuParution du livre le 4 avril 2000 – Les archives judiciaires retiennent que, le 3 décembre 1956, Guy Desnoyers, prêtre à Uruffe en Meurthe-et-Moselle, assassina sa jeune maîtresse, enceinte de lui, ainsi que leur enfant, arrivé à huit mois de gestation, qu’il arracha au cadavre encore chaud de sa mère pour le baptiser avant de le mettre à mort. Condamné à la perpétuité pour ce crime rituel, relâché après vingt-deux ans de bagne et de prison, le curé d’Uruffe devait se retirer dans un monastère. Ce roman l’y rattrape pour une simple journée. Journée ordinaire, rythmée par le chant des Heures, les lectures saintes, les sacrements, et où il rumine, se remémore, répète son sacrilège et blasphème. Journée singulière, scandée par les grands récits sacrificiels de la Bible, d’Abraham au Golgotha, et où il connaît solitude, tourments infernaux. Journée à la jointure du temps et de l’éternité que se disputent Dieu et le diable. Qu’en est-il de la colère et de la piété, du jugement et du pardon face au mal dans l’Histoire ? Dieu s’est-il suicidé par une nuit hivernale, sur un chemin de Lorraine, au cœur de l’Europe, au milieu du siècle ? Récit sans concession, à la fois chronique policière et investigation théologique, ce livre dérangeant et captivant raconte notre versant obscur et notre attente de délivrance.

Biographie de l’auteur :

Éditeur maître de conférences en philosophie à l’institut Saint-Serge, Jean-François Colosimo est aussi l’auteur, avec Olivier Mille, du film Le Silence des anges (Artline-Arte).

 

 

9782296060678FSParution du livre le 1er juillet 2008 – Le 3 décembre 1956 un homme de 35 ans, prêtre de son état, assassine sa jeune maîtresse après avoir tenté de lui donner l’absolution. Puis lui ayant ouvert le ventre, il la libère de son enfant de 8 mois qu’il baptise et poignarde. D’où vient, où va le crime dans la préméditation de sa logique inconsciente ? Car, pas plus que le diable, le monstre d’Uruffe ne tombe du ciel ni de l’enfer. Une ” sombre fraternité ” nous unit à cet homme perdu dans sa nuit – notre nuit – et si un dieu l’attend, au détour du ” sexe et de l’effroi “, il est aussi l’un de nous.

Biographie de l’auteur :

Psychanalyste, Jean-Pierre Bigeault a mis à profit sa première expérience d’éducateur et d’enseignant pour éclairer la place de l’inconscient dans le projet d’éduquer ou de former l’autre. Il s’est attaché à montrer que la violence des interdits qui condamnent l’accès au savoir – ne fût-ce qu’en en détournant le sens – continue de frapper, y compris à travers les institutions qui, dans le prolongement de la famille, prétendent détenir et protéger la vérité. La poésie reste pour Jean-Pierre Bigeault l’ultime recours. Elle écoute aux portes verrouillées et parfois les traverse sans bruit.

 

 


Vous aimerez aussi...