« Seules dans Berlin » – Les viols de 1945 : un tabou brisé

Ils sont là. Cette fois c’est sûr. En cette fin avril 1945, cela fait des jours que, dans Berlin encerclée, on ne parle que de « ça ». La soudaine amplification des tirs d’artillerie et des canons antiaériens ne laisse plus guère de place au doute. Les Russes sont là. Terrées, en compagnie des enfants et des vieillards, dans l’obscurité des caves ou des bunkers, pour la plupart sans nouvelles de leur homme parti sur le front, les femmes de la capitale du Reich savent à quoi s’en tenir. La propagande nazie contre les « russische Bestien » (ces « bestiaux de Russes ») a bien fait son travail…

Pour lire l’intégralité de l’article de Lorraine Rossignol sur le site  LE MONDE en date du  20.12.2008 :

Seules dans Berlin

Une  vidéo d’appui pour en savoir plu sur le sujet :

Des centaines de milliers de femmes violées

Extrait du film Anonyma, eine Frau in Berlin, réalisé par Max Färberböck :

Anonyma eine Frau in Berlin

Film complet :

A WOMAN IN BERLIN

Un livre :

Une femme à Berlin – Journal 20 avril-22 juin 1945

Une femme à Berlin - Journal 20 avril-22 juin 1945La jeune Berlinoise qui a rédigé ce journal, du 20 avril 1945 – les Soviétiques sont aux portes – jusqu’au 22 juin, a voulu rester anonyme, lors de la première publication du livre en 1954, et après. À la lecture de son témoignage, on comprend pourquoi. Sur un ton d’objectivité presque froide, ou alors sarcastique, toujours précis, parfois poignant, parfois comique, c’est la vie quotidienne dans un immeuble quasi en ruine, habité par des femmes de tout âge, des hommes qui se cachent : vie misérable, dans la peur, le froid, la saleté et la faim, scandée par les bombardements d’abord, sous une occupation brutale ensuite.

S’ajoutent alors les viols, la honte, la banalisation de l’effroi. C’est la véracité sans fard et sans phrases qui fait la valeur de ce récit terrible, c’est aussi la lucidité du regard porté sur un Berlin tétanisé par la défaite. Et la plume de l’auteur anonyme rend admirablement ce mélange de dignité, de cynisme et d’humour qui lui a permis, sans doute, de survivre.

Anonyme

Hans-Magnus Enzensberger (Commentateur (texte)

Françoise Wuilmart (Traducteur)


Vous aimerez aussi...