Nouvelle parution : Hélène Bellanger, Vivre en prison. Histoires de 1945 à nos jours.

J’ai le plaisir de vous informer de la publication de l’ouvrage suivant :

Hélène Bellanger, Vivre en prison. Histoires de 1945 à nos jours, Paris, Hachette Littératures, 2007.

Vous trouverez ci-joint la table des matières et, ci-dessous, la présentation de l’éditeur :

“Entrer en prison, c’est être confronté aux bruits, aux odeurs, à l’humiliation des fouilles, à la promiscuité. C’est perdre son identité pour devenir un numéro d’écrou ou un porte-clefs. Le choc carcéral, la perte des repères usuels sont ressentis, tant par les détenus que par les surveillants. Le système pénitentiaire français date de 1945, si l’enfermement n’a pas changé depuis lors, la réalité des prisons françaises a en revanche beaucoup évolué au cours des soixante dernières années. Le recul de l’arbitraire et l’humanisation progressive des conditions de détention sont indéniables. A la Libération, une réforme humaniste initiée par des résistants et des déportés qui avaient connu les prisons de Vichy, tente de promouvoir la réhabilitation progressive du détenus. Et la transformation profonde de la condition pénitentiaire au cours des années 1980 s’effectue après que la privation de liberté, soit devenue la peine suprême. A l’heure où une nouvelle loi
pénitentiaire est en discussion, la prison se retrouve au coeur de contradictions intenables. Outils d’amendement et de réinsertion, rempart contre la récidive, elle se révèle criminogène, déshumanisante
et désocialisante, elle est confrontée à une incarcération de masse qui sert à justifier la construction de nouvelles places… De quelles histoires nos prisons sont-elles le produit ?”

L’auteure peut être contactée directement pour une présentation de son ouvrage :

helene.bellanger@sciences-po.fr

Fichier attaché : vivre_en_prison.pdf


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. de saint fuscien dit :

    pour moi la prison n’a pas évolué. Ce qui à changer c’est la technologie. La prison est un vaste goufre qui enferme des personnes sans avoir un regard ou ayant un regard de loin sur la personnalité de l’autre, ne cherchant pas ce qui est bon chez ces personnes. La prison condamne à nouveau les personnes ou continu le procès de ces personnes enfermées. La prison est un mensonge de la société. L’évolution véritable de ces prisons ou de nombreuses personnes passent et trépassent dans nos prisons de france ou d’Europe ; ne tiens qu’à un fil, le travail fait au quotidien par les surveillants qui les connaissent mieux que personne. Cependant, le travail du surveillant est brimé, peu reconnaissant, accablé de plein de fonction qui ne sont pas véritablement les leurs. Est-ce fait exprès ? ou est-ce la société qui veut cela ? si l’Etat accepté de changer véritablement le travail du surveillant, au lieu de recruter massivement qui ne changera en rien dans les pratiques usuelles du ssurveillant si ce n’est que du surveiller non seulement les détenu(e)s mais en plus les collègues qui sont fragiles, qui sortent à peine de l’école, pas de pratiques professionelles, naïveté implaccable etc….. utilisons les compétences de chacun, avec ce qu’ils sont, avec leur regard, avec leur âme, et les prisons de France seront mieux gérées et le regard de la société changera. Mais, ce qu’il ne faudra pas oublié c’est de supprimer des postes comme réduire la hiérarchie qui ne sert à rien si cen’est que d’appliquer les lois, les régles venat d’en haut. Il yaurait bcp plus à dire. Mais en voici un condensé.