« Il est des morts qu’il faut qu’on tue » : Zola assassiné ?

Le 29 septembre 1902, le grand écrivain Émile Zola est retrouvé mort dans sa chambre. L’enquête conclut à une intoxication à l’oxyde de carbone due à une cheminée défectueuse. Mais un demi-siècle plus tard, l’affaire rebondit grâce au témoignage d’un fumiste qui dit avoir délibérément bouché le conduit de cheminée par vengeance pour son rôle dans l’affaire Dreyfus.

Invité de l’émission de Jacques Pradel :

Roger Martin, écrivain, auteur du roman Il est des morts qu’il faut qu’on tue (éditions du Cherche-Midi) qui raconte l’assassinat de Zola au début du XXe siècle, sur fond d’antisémitisme.

Pour en savoir plus, accédez à la page de l’émission de Jacques Pradel : “L’heure du crime” en date du 20 janvier 2016.

Zola assassiné

Il est des morts qu'il faut qu'on tueParution du livre le 14 janvier 2016 – A la fin du XIXe siècle… En ce temps-là, Paris est une guerre civile. En ce temps-là, on invente le terme « racisme », l’expression « socialisme national » et le slogan « La France aux Français ». Les scandales fleurissent. Les attentats anarchistes se multiplient. Les nationalistes préparent un coup d’État. La République vacille. Bientôt l’affaire Dreyfus cristallisera toutes les passions. Romain Delorme est jeune et audacieux.

Son mentor, l’ex-préfet de police Andrieux, un deus ex machina proche de Clemenceau, a fait de lui son agent au cœur du mouvement antisémite. Romain est devenu l’ami du marquis de Morès, redoutable duelliste, de ses gardes du corps, les terribles bouchers de la Villette, de Jules Guérin – dont le journal L’Antijuif et l’épisode du fort Chabrol immortaliseront le nom -, et d’Édouard Drumont, l’auteur de La France juive qui, dans les colonnes de La Libre Parole, exalte la haine des Juifs.

Il devra feindre, ruser, prendre des risques inouïs avant d’être mêlé à une affaire insensée autant qu’incroyable, l’assassinat d’Émile Zola, et de découvrir le secret de ses propres origines. De la Commune de Paris à la Libération, un roman noir historique à la documentation impressionnante. Palpitant.

Biographie de l’auteur :

Roger Martin a publié une trentaine d’ouvrages, enquêtes, documents, romans noirs et BD dont, au cherche midi, Jusqu’à ce que mort s’ensuive (prix Sang d’encre du meilleur roman noir 2008 à Vienne, prix Thierry-Jonquet 2010 et prix des Ancres noires du Havre 2011) et Dernier convoi pour Buchenwald (2013).

 


Vous aimerez aussi...