Les femmes évoquées lors des Congrès d’anthropologie criminelle. Stéréotypes et normes sociales.

femmes-criminelles-300Comme toutes les sciences de l’homme, l’anthropologie criminelle a pour vocation d’analyser scientifiquement le phénomène social, dont la famille est l’une des bases principales. De façon indirecte et certainement inconsciente, les congressistes dressent une image stéréotypée de leur environnement social, tel qu’ils le perçoivent et tel qu’ils voudraient qu’il soit. Hormis dans les travaux de certains anthropologues consciencieux, tels que Manouvrier, les études théoriques sur l’homme normal s’avèrent très incomplètes, sporadiques et superficielles. Celui-ci est principalement dépeint comme un individu de race blanche, honnête citoyen et père de famille respectable. Alors que l’existence d’un type criminel est clairement contestée lors des Congrès d’Anthropologie criminelle, la plupart des savants reconnaissent dans la normalité un genre, presque une espèce, ayant une place spécifique dans l’évolution. Au Congrès de Rome, le professeur d’anatomie allemand Albrecht provoque un léger malaise, vite transformé en hilarité générale, en arguant, preuves anatomiques à l’appui, que « l’homme criminel est seul normal, et que l’homme honnête, qui domine ses passions, est une exception, un phénomène, un être inférieur parmi les plus inférieurs des singes »

[…]

Lire la suite de cet article de Lucie Garnier dans la rubrique GRHIS-Justice  sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...