Patrick Boucheron : « On est désorientés, on n’a plus de mot pour le dire » …

« Les historiens s’ils peuvent assumer une parole publique c’est en tant qu’elle est articulée à un savoir patient. Et cette question du temps, pour moi elle est essentielle, parce que au fond pour sortir de l’arrogance du présent, pour tenter de ne pas être dominé par des usages incontrôlés de l’histoire… moi je suis médiéviste… je ne pouvais pas imaginer que ce que j’avais appris sur le califat ou sur la croisade serait d’une quel… »

Pour en savoir plus,  voir le billet publié sur le  site de France Inter


Vous aimerez aussi...