Rencontre du vendéen Clémenceau et de Louise Michel l’anarchiste

Alain DECAUX raconte les débuts de Louise MICHEL à Montmartre où elle se dévoue pour les enfants défavorisés puis son engagement dans les luttes féminines en tant qu’adhérente à l’Internationale socialiste…

Pour en savoir plus sur le site de l’ INA

indexParution du livre le 5 janvier 2000 –  » A priori, tout paraît opposer ces deux êtres. Aujourd’hui, cent trente ans après leur aventure qui commence, la distance qui les sépare n’a fait que s’accentuer. Ils semblent même, au regard de l’Histoire, ennemis irréductibles. Lui, le Vendéen qui se complaisait, dans sa vieillesse, à se dire  » premier flic de France « , lui, le jusqu’au-boutiste nationaliste, « père la Victoire » en 1918. Elle, l’irréductible anarchiste, la « pasionaria » de la Révolution, l’éternelle rebelle. Et pourtant une amitié, une affection, un respect, une admiration réciproque les lieront pendant toute leur vie. Elle s’appelait Louise. Louise Michel. Et lui Georges. Georges Clemenceau. Deux personnages hors du commun ; deux mondes celui des libertaires et celui de la Vendée ; une relation secrète et méconnue ; une époque forte en luttes et contrastes, de la Commune à l’affaire Dreyfus. Tout concourt dans ce livre unique à rassembler les multiples talents et les passions de Michel Ragon, historien singulier et grand romancier, auteur des Mouchoirs rouges de Cholet, de La Mémoire des vaincus et d’Un si bel espoir. »

Michel Ragon, on le connaît surtout pour sa vibrante fresque anarchiste, La Mémoire des vaincus (1990), et aussi pour son best-seller vendéen, Les Mouchoirs rouges de Cholet (1984). Mais ce n’est qu’une partie de l’iceberg, celle qui un temps a émergé au grand jour, quand ses romans se vendaient comme des petits pains. Au vrai, c’est un continent à lui seul. Au compteur, neuf décennies. Et une armée de tributs. Rencontre. Michel Ragon

Éditeur : Albin Michel (Éditions)

 


Vous aimerez aussi...