Atlas du crime à Paris du Moyen Âge à nos jours (Jean-Claude Farcy et Dominique Kalifa)

Atlas du crime à ParisPrésentation de l’éditeur :

Comment établir l’identité criminelle de Paris sur le long terme ? La ville fait-elle vraiment corps avec les larrons de la Cour des miracles, avec les « escarpes » de la monarchie de Juillet, avec les « apaches » de la Belle Époque, les souteneurs corses des années 1930 ou les jeunes racailles des cités ? L’enquête débute au milieu du Moyen Âge et s’achève dans notre contemporain immédiat. La notion de « crime » y a été prise en extension : agressions, atteintes aux biens et aux personnes y sont considérées, sans anachronisme, dans leurs définitions historiques, et élargies aussi à certaines formes de « transgressions » (vagabondage, mendicité, prostitution, homosexualités) associées à certains moments de l’histoire à l’univers criminel. À la régression des conduites violentes s’oppose l’inépuisable massif des prédations et des atteintes aux biens accompagnant l’insertion dans une société qui s’enrichit malgré tout. Ce rapport à la délinquance s’inscrit clairement dans l’espace. Ville populaire, ville ouvrière, Paris a longtemps été une fourmilière où le vol, l’altercation ou la rixe étaient monnaie courante. Les mutations sociologiques contemporaines ont profondément infléchi cette réalité. Le départ des classes populaires et la relégation dans les banlieues lointaines des franges les plus vulnérables ont fait surgir une autre géographie. La dangerosité a migré vers des « quartiers » qui connaissent à leur tour des explosions de violence et versent parfois dans l’émeute. Tandis que la courbe des homicides est en constante décrue depuis la première moitié du XIXe siècle en dépit de quelques soubresauts ponctuels, voyous et criminels parisiens à l’ancienne, par un étonnant retour des choses, sont devenus des figures familières de l’imagerie urbaine. Mais Paris, un certain Paris populaire, est au cœur d’un imaginaire « des plaisirs et du crime » qui semble résister au temps. Rien ne dit que ce Paris-là fut plus criminel que Marseille, Londres ou Chicago. Mais tout confirme que le crime et la délinquance y connurent un destin particulier, que cet Atlas invite à découvrir.

 

Les auteurs

Dominique Kalifa est professeur à la Sorbonne-Paris I et membre de l’Institut universitaire de France. Il a notamment publié Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, au Seuil en 2013, et Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, chez Perrin en 2009.

Jean-Claude Farcy, historien de la justice des XIXe et XXe siècles, a été chargé de recherche au CNRS. Il est aujourd’hui membre du comité de rédaction de Criminocorpus. Il a en particulier publié Histoire de la justice en France de 1789 à nos jours, à La Découverte en 2015.

 

En savoir plus :

Présentation de l’ouvrage par Dominique Kalifa, dans la chronique de Philippe Vallet « Le livre du jour » (France-Info)

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur

 


Vous aimerez aussi...