La Petite Roquette, la double vie d’une prison parisienne, 1836 – 1974, par Anaïs Guérin.

Un nouveau modèle carcéral


La construction de la prison de la Petite Roquette date de 1825. A l’origine, l’édification d’un complexe carcéral de deux prisons dans le XIe arrondissement de Paris fut décidé pour enfermer les condamnés à mort et les prisonniers condamnés au bagne, détenus auparavant à Bicêtre. Charles X puis son cousin, Louis-Philippe, sont les deux commanditaires du projet. 

Ainsi dans la rue de la Roquette, non loin du cimetière du Père Lachaise, deux établissements pénitentiaires se font face. 

La Grande Roquette porte alors le nom de « dépôt des condamnés ». La Petite Roquette quant à elle, connu plusieurs fonctions successives : dépôt des condamnés à des peines légères (les « vauriens ») , maison de correction pour les femmes condamnées du département de la Seine, avant qu’une décision ministérielle du 11 Novembre 1835 n’en fasse une prison pour jeunes détenus : la Maison d’Éducation Correctionnelle. 
D’abord hostile au projet, la population adopte rapidement les deux édifices et les surnomment « Grande » et « Petite » Roquette en fonction des prisonniers détenus accusés de peines moins lourdes dans la seconde que dans la première. 
La Petite Roquette occupe 25000 mètres carrés à la limite de la capitale sur des terrains bordés de champs. Très vite, avec l’accroissement spectaculaire de l’urbanisation parisienne, elle se retrouve en plein cœur du tissu urbain. Cernée par les rues Duranti (Nord), Merlin (Est), Sevran (Ouest) et la Roquette, elle transforme le paysage, pas seulement par son imposante structure mais par son architecture si particulière.


Dessin de la Petite Roquette, Louis-Hippolyte LEBAS 

Les plans de la Petite Roquette sont confiés en 1825 à Louis-Hippolyte LEBAS (1782-1867). L’architecte émérite vient, à l’époque, d’achever la construction de l’église Notre-dame de la Lorette dans le IXe arrondissement de la capitale. On lui doit également une partie des aménagement du Palais Brongniart et la construction d’une aile supplémentaire du bâtiment de l’Institut de France.

Pour la Petite Roquette, Lebas conçoit un projet avant-gardiste pour l’époque. Classique mais néanmoins rationaliste, il reprend l’idée de la prison panoptique, une première en France. Ce modèle s’inspire directement de la prison de Philadelphie (Etats-Unis), la « Eastern State Penitentiary » construite en 1829. 
Le plan panoptique est le résultat du travail de Jeremy Bentham. A la fin du XVIIIe siècle, ce philosophe invente un type d’architecture carcérale basé sur une surveillance omnisciente des détenus. Le plan de base comprend alors une tour centrale autour de laquelle sont bâties les cellules individuelles. Le prisonnier est isolé de ses codétenus et ne peut communiquer avec l’extérieur. Le gardien peut surveiller toutes les cellules puisque celles-ci sont ouvertes sur la tour. 
La prison forme donc une forteresse hexagonale et symétrique composée de six blocs (les « quartiers ») séparés entre eux par six bâtiments disposés en rayon autour d’une tour centrale au sommet de laquelle se trouve une chapelle surmontée d’une coupole. A l’autre extrémité de ses bâtiments se détachent des tourelles en saillie, où sont situés les escaliers menant aux différents étages, fermant les remparts qui ceinturent l’édifice. Au pied de ce mur d’enceinte se déroule un chemin de ronde enfermé lui aussi par un second mur. L’entrée de la prison se fait par la façade Sud-Est donnant sur la rue de la Roquette. On la qualifie tantôt de « castel », tantôt de « château fort ». Derrière ces murailles naît alors ce que Victor Hugo décrit en 1847 comme « une ville composée d’une foule de petites solitude […] un cloître, une ruche. » 

La signature de l’architecte sur le fronton de l’entrée principale
La façade de la prison vue du chemin de ronde

Du système cellulaire aux colonies agricoles, l’évolution de la justice des mineurs

Dès son inauguration, on y place les jeunes détenus âgés de moins de vingt ans. Ils peuvent y entrer à partir de sept ans. Entre 1838 et 1840, dans un contexte de durcissement de la détention des enfants, l’isolement cellulaire stricte est mis en place à la Petite Roquette. Le jeune détenu est désormais complètement séparé du reste de la population carcérale. Il est enfermé le jour, quand il n’est pas à l’atelier ou à la chapelle, et la nuit dans une cellule individuelle. Ce système carcéral est inspiré directement de celui appliqué à la prison d’ Auburn aux États-Unis, visitée par Fréderique Auguste Demetz en 1837 et présentée dans un rapport au Comte Camille de Montalivet, ministre de l’intérieur sous Louis-Philippe. Il n’y a pas de salle ou réfectoire commun. Aucune communication n’est possible entre eux. Même la chapelle fut divisée en deux-cent soixante seize alvéoles afin que les mineurs ne se côtoient pas pendant la messe. 

Confirmation à la Petite Roquette, illustration parue dans le Petit Journal, en 1895
La chapelle et les alvéoles pour chaque détenu

Une fois par jour, le jeune prisonnier a le droit à une sortie accompagné d’un gardien. Encore une fois l’isolement est renforcé. En effet, ce moment à « l’extérieur » se déroule dans un promenoir individuel. Ces petits espaces rectangulaires à ciel ouvert sont construits en rayon autour d’une tour centrale surélevée dans laquelle un gardien surveille, d’en haut, les allers-venues des détenus. Un second gardien circule au niveau des promenoirs, devant les portes de chaque cours. La surveillance est totale et rien ne peut échapper à leurs yeux. 

Les promenoirs individuels, collection privée Philippe Zoummeroff.
La « sortie » dure moins d’une heure. Elle est cependant un moment essentiel pour les détenus puisque chaque promenoir est également équipé d’un robinet pour effectuer une toilette sommaire.

Vue de la tour centrale sur les promenoirs

Au sein de l’établissement ont trouve également un atelier dans lequel travaillent les détenus durant la journée. Réduits au silence par les surveillants, ils effectuent des travaux de manufacture. Entre 1848 et 1850, près de quatre cent enfants sont incarcérés à la Petite Roquette.


L’atelier des jeunes détenus

Le 22 juin 1865, l’impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III, se rend à la Petite Roquette pour une visite officielle. Choquée par les conditions de détention des jeunes délinquants, elle réclame le changement du traitement fait aux mineurs et la fin du système d’isolement individuel. Sa revendication entérine la proposition du magistrat Fréderique Auguste Demetz de placer les mineurs délinquants dans des colonies agricoles en province pour les faire travailler dans les cultures et les élevages. On cherchent avant tout à les réinsérer dans la société par l’apprentissage d’un métier, le labeur et la cohabitation avec les travailleurs agricoles. Ces réflexions et ces progrès sur le traitement des délinquants mineurs soutenu par l’élite sociale de l’époque ne parviennent cependant pas à s’adapter au contexte politique et social de l’époque et la Petite Roquette et son régime carcéral strict restent le passage obligé pour les jeunes prévenus. 


Illustration de 1907 du journal satirique L’Assiette au Beurre

L’idée des colonies agricoles évolue vers un système de camps de travail pour jeunes détenus dépendant directement de l’administration pénitentiaire. Plus punitives que salvatrices, ces colonies sont un échec pour la rééducation de ces détenus qui fuguent ou retombent dans la criminalité. 



Néanmoins, dès 1867, des transferts de détenus ont lieu vers ces camps de travail agricoles. Mais ils ne suffisent pas à diminuer la population carcérale de la Petite Roquette. 

Carte postale de la colonie des Douaires à Gaillon, Eure

Le plus connu d’entre eux, celui de Mettray, accueille d’ailleurs l’un des plus célèbres détenus de la Petite Roquette, l’écrivain Jean Genet. L’auteur du Miracle de la Rose, déjà fugueur récidiviste à treize ans est enfermé à la Petite Roquette avant d’être envoyé dans la colonie dont il s’échappera quelques mois plus tard. Il décrit, dans son autobiographie, ces épisodes d’incarcération et les conditions de détention en prison. 


A partir des années 1890 jusqu’aux années 1920, la Petite Roquette devient un lieu d’incarcération de courts séjours pour les prévenus enfants ou adultes condamnés à de faibles peines d’emprisonnement. 
En 1927, une enquête menée par le Conseil Général de la Seine conduit à un rapport alarmant, publié le 27 novembre, sur les conditions sanitaires et l’insalubrité des cellules de la prison. Les prisonniers sont encore très nombreux ( environ trois-cent quarante cinq), détenus dans des conditions déplorables. Des travaux d’aménagements sont réalisés à l’intérieur des bâtiments pour adapter les cellules aux normes hygiénistes de l’époque. 

La prison des femmes 

En 1932, l’Etat décide de fermer la prison-hôpital pour femme de Saint-Lazare. En fonctionnement depuis le début du XIXe siècle, elle accueille aussi bien les prostituées atteintes de maladies vénériennes que des criminelles ou des alcooliques. L’état de délabrement avancée du bâtiment nécessite sa destruction et de facto le transfert de ces femmes détenues dans des établissements plus sécurisés. 
La Petite Roquette est choisie pour devenir la nouvelle prison pour femmes de la capitale. Ce déménagement exceptionnel créé l’événement dans Paris et est largement couvert par la presse à scandales, qui se passionnent à l’époque pour les histoires de mœurs et de crimes sanglants. 

Arrivée du mobilier de Saint-Lazare à la Petite Roquette, 1932

Pourtant la plupart de ces femmes sont incarcérées pour de « petits » délits, sans réelle gravité. Seules deux détenues, Georgette Monneron, coupable d’un infanticide, et Marie-Louise Giraud condamnée en tant qu’« avorteuse » seront exécutées par guillotine, respectivement en 1942 et 1943. 


Le fonctionnement de l’établissement est repensé pour ces nouvelles pensionnaires. La prison devient presque une petite ville, un monde à part. Les détenues ne sont plus isolées en permanence mais se retrouvent dans les ateliers où règne cependant toujours « silence, obéissance et travail » mais aussi dans le réfectoire commun, dans la chapelle et dans la cours de la prison où elles sont même autorisées, dans les années 1960, à fumer. Le système d’isolement et les promenoirs individuels sont abandonnés au profit d’une vision plus « communautaire » de la prison, où la bonne conduite et le travail sont récompensés d’une amélioration des conditions de détention.


Photo d’une cellule de la prison des femmes et de la cours intérieure
Enfin, l’une des particularités de la Petite Roquette en tant que maison de correction pour femmes est d’avoir eu à sa tête la première femme directrice de prison en France, Marie-Marguerite Vigorie, également directrice, dès 1945, de l’École de l’Administration Pénitentiaire de Fresne. Une interview filmée du 12 novembre 1967, menée par Marguerite Duras alors journaliste,  dresse le portrait d’une femme d’autorité qui dirige son établissement d’une main de fer, essayant toutefois d’humaniser la détention de ces femmes. La vidéo est également un excellent témoignage, en couleur, de l’architecture des lieux et montre toute l’austérité de l’édifice. 


La Petite Roquette « condamnée à mort »

Au début des années 1970, la Petite Roquette est de nouveau pointée du doigt pour ses conditions de détention et ses locaux jugés insalubres et inadaptées pour les détenues. Sa fermeture commence à être envisagée. 
Cela coïncide avec l’ouverture en 1968 de la Maison Correctionnelle des Femmes, à Fleury-Mérogis dans l’Essonne. Ce projet concrétise les principes de réforme des établissements pénitentiaires visant à désengorger les prisons parisiennes. 
De plus, des travaux d’urbanisme sont menés dans la capitale qui souhaite assainir le tissu urbain et désenclaver les arrondissements. La Petite Roquette, massive derrière ses remparts, avec ses airs de château fort d’une autre époque détonne et dérange dans le quartier désormais bourgeois du XIe arrondissement.


La Petite Roquette en 1949
L’État décide la démolition de la prison en 1973. De nombreuses pétitions pour la sauvegarde de la Petite Roquette font suite à l’annonce du projet . Philippe Poisson, spécialiste de l’histoire pénitentiaire, a d’ailleurs réalisé un dossier « Faut-il détruire la Petite Roquette ? », reprenant les arguments avancés à l’époque pour sauvegarder l’édifice et expliquant le contexte de sa destruction. 


La démolition de la Petite Roquette fait couler beaucoup d’encre dans la presse locale

Malgré cette vive protestation, la démolition commence en 1974. Un square y est aménagé et inauguré 1975. il porte le nom de « Square de la Roquette ». Son entrée est matérialisée par le portail subsistant de de l’ancienne prison.


Le début des travaux de démolition de la Petite Roquette en 1973
L’entrée de l’actuel Square de la Roquette, construit sur l’emplacement de la prison.

Enfin une plaque commémorative est posée sur le côté gauche de la porte. Elle témoigne de la présence de quatre mille résistantes françaises dans les cellules de la prison pendant la Seconde Guerre Mondiale. Des cérémonies de commémoration du 8 Mai 1945 ont également eu lieu devant cet emplacement, en 2007.

La plaque commémorative posée à l’entrée du square de la Roquette
Sources
Christian Carlier, Catherine Prade, Marc Renneville. Prisons de Paris construites au XIXe siècle, Criminocorpus [En ligne] publiée le 20 avril 2010.
Des mêmes auteurs, Histoire des prisons de Paris – De la Bastille à Fresnes, Criminocorpus [En ligne] publiée le 20 avril 2010.
Jacques Bourquin, « La difficile émergence de la notion d’éducabilité du mineur délinquant », Criminocorpus [En ligne], Justice des mineurs, mis en ligne le 08 juillet 2012.
Ivan Jablonka, La prison panoptique
Philippe Poisson, La Petite Roquette, Novembre 2008, http://storage.canalblog.com/98/23/534743/32360113.pdf
Direction de l’administration pénitentiaire, Musée Carnavalet, Musée d’Orsay.
www.gallica.bnf.fr
www.justice.gouv.fr
www.artcatalyse.org
www.prisons-cherche-midi-mauzac.com