L’affaire des lettres anonymes de Tulle

« Moi l’œil de tigre, je ne crains rien. Ni dieu, ni le diable, ni les hommes »
[Lettre anonyme du 6 janvier 1921]

Archive du blog 2000 ans d’Histoire – Nous sommes après la Première Guerre mondiale et la petite ville de Tulle va attirer l’attention de tous les médias du pays. Une personne se faisant appeler Le Corbeau envoie des lettre anonymes et dénonce la vie privée des habitants de la ville. Ragots et délation, la ville va mettre du temps à identifier ce corbeau. Que sait-on ? La justice l’a-t-elle trouvé ? Comment cela s’est-il terminé ? Réponses dans ce podcast de 2000 ans d’histoire.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission de France Inter 2000 ans d’Histoire

Découvrez également le livre Le corbeau : Histoire vraie d’une rumeur.

 

 

Parution du livre le 11 janvier 2006 – De 1917 à 1922, une épidémie de lettres anonymes s’abat sur la ville de Tulle. Glissés dans les paniers des ménagères, abandonnés sur les trottoirs, les rebords des fenêtres et jusque sur les bancs des églises, ces centaines de courriers qui dénoncent l’infidélité des uns, la mauvaise conduite des autres alimentent toutes les conversations. Peu à peu, une atmosphère de suspicion empoisonne la ville : quel est donc ce mystérieux anonyme ? Que recherche-t-il ? Quand un greffier de la préfecture, troublé par la réception d’une missive, perd la raison et meurt au cours d’une crise de démence, l’enquête policière s’accélère et la presse nationale se précipite à Tulle. Les feuilles à scandale ne se trompent pas : l’affaire se révèle machiavélique et l’instruction riche en rebondissements. Une fois le coupable identifié, ce fait-divers qui a défrayé la chronique aurait pu être oublié s’il n’avait servi de source d’inspiration à Henri-Georges Clouzot pour réaliser Le Corbeau en 1943, chef-d’œuvre du cinéma des années noires. Si le film a durablement éclipsé l’histoire dont il est issu, l’affaire des lettres anonymes de Tulle méritait d’être sortie de l’oubli car la réalité, surprenante, diabolique, dépasse sans doute la fiction.

Biographie de l’auteur :

Jean-Yves Le Naour, historien et spécialiste de la Première Guerre mondiale et de l’entre-deux-guerres, a déjà publié chez Hachette Littératures Le Soldat inconnu vivant (1918-1942) (2002), La Honte noire (2004) et La famille doit voter (2005). Avec Le Corbeau, il livre une histoire du fait-divers, de la rumeur et de la délation – le roman vrai du film de Clouzot.

 


Vous aimerez aussi...