Georges Mandel

« Mourir n’est rien. Ce qui est triste c’est de mourir avant d’avoir vu la libération de son pays et la restauration de la République. » ~ Georges Mandel – 7 juillet 1944

Archive du blog 2000 ans d’Histoire – Journaliste, homme politique pendant entre-deux-guerres et proche de Clemenceau, Georges Mandel est aussi resté célèbre pour le rôle qu’il a joué pendant la seconde guerre mondiale. Il devient ministre de l’intérieur pendant la débâcle, refuse l’armistice avec les Allemands et s’enfuit au Maroc où il est arrêté. Il sera assassiné par la Milice française avant la fin du conflit. Qui était-il ? Quels rôles joua-t-il avant et pendant la guerre ? Réponses dans ce podcast de 2000 ans d’histoire.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de France Inter 2000 ans d’Histoire

Tout sur Georges Mandel en cliquant ici.

 

 

Parution du livre en septembre 2008 – Paris, 7 juillet 1944. L’ex-ministre de l’Intérieur Georges Mandel est extrait de la prison de la Santé. Deux voitures prennent la direction du sud-est. En forêt de Fontainebleau, le chauffeur de la première simule une panne, les occupants sont invités à sortir et l’un d’eux en profite pour faucher Mandel d’une rafale de pistolet-mitrailleur, puis l’achève de deux balles dans le cou et la tête. Mais qui est l’assassin ? Le meurtre n’a jamais été revendiqué. Et les trois membres du groupe, lors de leur procès, désigneront un camarade absent… Quant à l’identité des commanditaires et à leurs mobiles, la lumière n’est toujours pas faite à ce jour.

Mandel incarnait tout ce que Hitler détestait. Issu d’une famille alsacienne qui a choisi la France en 1871, il fut avec Clemenceau, dont il était le chef de cabinet, l’un des artisans de l’humiliation allemande en 1918. De surcroît, Mandel était juif. Plus tard, c’est encore lui qui s’est levé, en 1933, pour désigner l’hydre nazie aux parlementaires français. Jusqu’en 1939, il n’a cessé d’inciter les dirigeants de tous pays à la fermeté, s’attirant dans la presse allemande une réputation de « belliciste ». Autre suspect : le maréchal Pétain, qui l’a fait interner en 1940, puis l’a condamné sans jugement à la détention au fort du Portalet, où les Allemands sont venus le cueillir en novembre 1942 sans que le Maréchal esquisse un geste en sa faveur. Mais pourquoi tuer Mandel si tard ? Et pourquoi le livrer à la Milice ? De simples représailles après l’assassinat de Philippe Henriot, la « voix » de la collaboration sur Radio-Paris ? Pas si simple…

Les éditions de l’Archipel


Vous aimerez aussi...