L’assassinat de Marat par Charlotte Corday : « On ne meurt qu’une fois « 

« Adieu mon cher papa, je vous prie de vous réjouir de mon sort. N’oubliez pas ces vers de Corneille : « Le crime fait la honte et non pas l’échafaud » – Charlotte Corday quelques heures avant d’être guillotinée.

Archive du blog 2000 ans d’Histoire – Découvrez comment une paysanne venue de Normandie a assassiné le 13 juillet 1793 l’un des personnages les plus importants de la Révolution française. Quel était son but ? Quel impact cela a-t-il eu ? Réponse dans ce podcast de 2000 ans d’histoire.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de France Inter 2000 ans d’Histoire

Parution du livre le 15 mars 2006 – Qu’avait été Marat sinon un improvisateur solitaire,  » un cerveau brûlé, un fou atrabilaire, ou bien sanguinaire, ou bien un scélérat soudoyé… « , comme ne cessaient de le crier, selon lui, les ennemis de la liberté, c’est-à-dire ses ennemis ? La soif, jamais satisfaite, de châtiment et de sang versé, l’exaltation de la mise à mort qui inspirèrent, dans les mois qui suivirent la mort de Marat,  » la grande Terreur « , se passèrent aisément du prophète disparu. Ce que Charlotte Corday n’avait pas vu, n’avait pas su, c’est que, tuant Marat, elle ne faisait, obéissant à son devoir, que massacrer un symbole. Mais il nous faut regarder ce qu’elle a voulu, ce qu’elle a rêvé. Sa mission, son devoir ne pouvaient être de sauver la Révolution, ni même de mettre fin aux crimes qu’exaltait Marat. Ils étaient de punir le  » monstre « , de  » venger la France  » et les Français. Elle l’avait dit fièrement, lors de son procès, répondant aux questions du président Montané :  » Le président – Quels sont les motifs qui ont pu vous déterminer à une action aussi horrible ? L’accusée – Tous ses crimes. C’est lui qui entretient le feu de la guerre civile pour se faire nommer dictateur ou autre chose… Je savais qu’il pervertissait la France. J’ai tué un homme pour en sauver cent mille. Le président – Croyez-vous avoir tué tous les Marat ? L’accusée – Celui-ci mort, les autres auront peur… peut-être.  » Charlotte Corday savait qu’elle n’avait pas assassiné tous les Marat, et elle ne pouvait être assurée que les  » autres Marat  » auraient peur. Seulement elle pensait avoir accompli son devoir, comme un héros antique. Elle est Judith, et elle a tranché la tête d’Holopherne. Elle a levé sur César le poignard de Brutus. Devant le Tribunal de Dieu, ou celui de l’histoire, ou celui de sa conscience, elle devait être la  » meurtrière de la tyrannie « . Elle ne devait penser ni à ses souffrances ni aux souffrances de ceux qu’elle avait pu aimer. Elle avait  » offert sa vie « , sûre d' » avoir bien servi l’humanité « . J.-D.B.

Sommaire :

  • Le doux apprentissage de la liberté
  • A la Sainte-Trinité
  • Le docteur Jean-Paul Marat
  • Le seul ami du peuple
  •  » Personne ne perdra en me perdant « 
  • Faire couler le sang
  •  » Voulez-vous m’égorger ? Égorgez-moi ! « 
  • La France n’est pas dans Paris
  •  » Adieu mon cher papa et ne m’oubliez pas « 
  •  » O ma patrie ! Tes infortunes déchirent mon cœur, je ne puis t’offrir que ma vie « 
  •  » J’ai rempli ma tâche Les autres feront le reste « 
  •  » Adieu mon cher papa, je vous prie d’oublier « 
  • L’échafaud
  • Le culte de Marat
  • D’un culte à l’autre ?
  • Qui fut-elle ?
  • Qu’a-t-elle fait ?

Éditeur : Fayard

 

 


Vous aimerez aussi...