Folie et justice, de l’Antiquité à l’époque contemporaine (nouveau dossier de la revue Criminocorpus sous la direction de Hélène Ménard et Marc Renneville)

France, Tours, Bibliothèque municipale, Ms 568, fol 19 v°.

France, Tours, Bibliothèque municipale, Ms 568, fol 19 v°.

L’histoire de la justice ou celle de la folie ne constituent assurément pas en soi des thèmes émergents de l’historiographie. On sait que, dès l’époque romaine, le « furiosus » a été pris en charge du point de vue juridique (cura) ou médical, domaines qui ont été étudiés séparément par les historiens du droit et ceux de la médecine. L’analyse des modèles de folie chez les juristes romains a fait l’objet d’une récente étude de Giunio Rizzelli et l’analyse menée par Fernando Zuccotti est un bel exemple d’approche globale du lien établi entre prise en compte juridique de la « folie » et l’hétérodoxie (ou « déviance ») religieuse. Pour l’époque médiévale et la Renaissance, les historiens ont utilisé les sources judiciaires pour définir la folie et évaluer sa prise en compte judiciaire dans la société médiévale, avec une attention particulière sur les dynamiques de l’enfermement des « fous » avec les criminels. L’enjeu médico-légal de la « folie » aux époques moderne et contemporaine a été également largement traité, en particulier depuis les années 1970 dans une perspective d’histoire des idées, de sociohistoire des professions, ou d’histoire de l’aliénisme focalisée sur le XIXe siècle…

Lire la suite de la présentation du dossier sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...