Hérétique ou dément ? Autour du procès de Thomas d’Apulie à Paris en 1388 (Maud Ternon)

En 1388, à Paris, un homme est condamné à la prison perpétuelle en raison de propositions hérétiques qu’il a diffusées parmi les fidèles et rassemblées par écrit dans un livre. Michel Pintoin (1349-1421), chantre à l’abbaye de Saint-Denis et principal chroniqueur du règne de Charles VI, relate l’épisode dans son Historia Caroli VI Francorum regis. Il rapporte que l’homme, originaire des Pouilles (Apulia), se prénomme Thomas. Par ses harangues publiques, ce prédicateur itinérant est parvenu à répandre dans la population certaines idées d’ordre eschatologique, très virulentes à l’égard de l’institution ecclésiastique :

« [Il] osait se prétendre envoyé par le Saint-Esprit pour confondre les erreurs et exalter les vertus. Il montrait un livre qu’il soutenait lui avoir été dicté par le Saint-Esprit même. […] [Son livre] n’était qu’un tissu d’infâmes outrages contre la hiérarchie ecclésiastique ; il y diffamait la bienheureuse Mère de Dieu, tenait tous les saints pour hérétiques, et prétendait que le monde devait être gouverné jusqu’à la fin des siècles, non plus par Dieu le père ou le fils, mais par le Saint-Esprit. Il ajoutait que la loi du Saint-Esprit n’étant qu’une loi d’amour, les sacrements de l’Église étaient inutiles. Il appuyait ses propositions de passages empruntés au texte de la Bible, comme si c’était un mérite et non pas un crime de dénaturer l’Ecriture Sainte et d’en torturer les pensées pour les appliquer à de coupables intentions »…

Lire la suite de cet article de Maud Ternon sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2016, 15 février). Hérétique ou dément ? Autour du procès de Thomas d’Apulie à Paris en 1388 (Maud Ternon). Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd94

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search