Trois nouveaux livres sur l’histoire de la justice

1/ Ce début d’année nous offre trois nouvelles publications fort intéressantes :

Serge Defois, Les Avocats nantais au XXe siècle. Socio-histoire d’une profession aux Presses universitaires de Rennes, avec une préface de Jean-Claude Farcy et une postface de Jean Danet.

Elise Yvorel, Les Enfants de l’ombre. La vie quotidienne des jeunes détenus au XXe siècle en France métropolitaine, aux Presses universitaires de Rennes, avec une préface de Michelle Perrot.

Corinne Jaladieu, La prison politique sous Vichy. L’exemple des centrales d’Eysses et de Rennes, à l’Harmattan (coll. « Logiques sociales », série « Déviance et Société »

2/ Vous trouverez ci-dessous la présentation de chacun de ces trois ouvrages et, en pièces jointes, les tables des matières (format PDF).

A noter également, dans H-France Review Vol. 8 (January 2008), No. 3, le compte rendu d’une étude historique sur le film “Le Corbeau” (Judith Mayne, Le Corbeau. Urbana and Chicago: University of Illinois Press/London: Tauris, 2007) par Christopher Lloyd (Durham University).
A lire sur le site web H-France : http://www.h-france.net/vol8reviews/vol8no3lloyd.pdf

Serge Defois, Les Avocats nantais au XXe siècle. Socio-histoire d’une profession, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Présentation de l’éditeur :

La profession d’avocat qui a connu depuis quinze ans de profondes évolutions peut nourrir la réflexion sur ses mutations d’une meilleure connaissance de son histoire récente. Si des travaux historiques de qualité ont été conduits dans les deux dernières décennies, de nombreux questionnements restaient dans l’ombre. Ce livre, grâce à une recherche menée sur le barreau de Nantes au XXe siècle, verse de nouvelles pièces au dossier. En ouvrant au chercheur la totalité de ses archives, le barreau devient alors un véritable laboratoire pour observer et analyser les mutations de la profession d’avocat au cours du siècle dernier.

La quête des hommes et des femmes concrets et réels est à l’origine de cette étude. La reconstitution minutieuse d’un demi-millier de biographies individuelles met à jour le lien social qui fait exister les avocats en tant que groupe. Ainsi, peut-on distinguer les phases de rayonnement, de repli et de sursaut qu’ils traversent entre la fin du XIXe siècle et les années 1970. La détermination des origines socioprofessionnelles des avocats éclaire également l’évolution de la composition sociale du barreau et met l’accent sur le poids de l’héritage grâce à une réflexion sur la démocratisation et sur la méritocratie.

La seconde ambition de ce travail fut de mener une réflexion approfondie sur l’adaptation des avocats aux transformations du droit et de la société. La recherche sur les carrières, le noviciat, la déontologie, la considération portée aux contentieux, la lutte contre la concurrence ou encore la défense collective des intérêts, permet de mieux comprendre comment les avocats envisagent la réforme de leurs pratiques et de leurs structures professionnelles, et dans quelle mesure ils participent à l’évolution du droit.

Serge Defois est docteur en histoire contemporaine et membre-associé du CERHIO (CNRS, FRE 3004, HIRES, Université d’Angers). Il est actuellement PRAG et enseigne l’histoire des institutions à la Faculté de droit de Nantes.

Elise Yvorel, Les Enfants de l’ombre. La vie quotidienne des jeunes détenus au XXe siècle en France métropolitaine, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

On a pu penser que de la fondation de la première colonie agricole pénitentiaire à Mettray, en 1839, à la Libération, les mineurs délinquants étaient détenus dans ces rurales « maisons de correction » qui leurs étaient spécifiquement réservées. À la Libération, l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante aurait permis de remplacer ces « bagnes d’enfants » par des structures véritablement éducatives gérées par l’éducation surveillée, cette nouvelle direction du ministère de la Justice créée spécialement pour cette tâche. Or, en France, la prison « ordinaire », parfois dissimulée sous une appellation trompeuse, a toujours jouée un rôle déterminant dans la prise en charge des mineurs délinquants.
En consacrant son travail de thèse à l’incarcération des enfants et des adolescents au XXe siècle, Élise Yvorel éclaire d’un jour nouveau, non seulement l’histoire de la justice pénale des mineurs, mais plus largement l’histoire des rapports que la société française entretient avec la fraction la plus fragile de sa jeunesse. L’auteure se livre notamment à une analyse fine, méticuleuse, détaillée de la vie quotidienne car c’est bien dans le fonctionnement effectif de la prison que se mesurent les évolutions et les pesanteurs de l’institution carcérale.
Grâce à ce livre, ces enfants que l’on ne voulait pas voir, commencent à sortir de l’ombre.

Élise Yvorel est docteure en histoire contemporaine de l’université de Poitiers. Elle poursuit actuellement ses recherches sur la prise en charge judiciaire des mineurs, notamment celle des enfants de moins de 13 ans.

Corinne Jaladieu, La prison politique sous Vichy. L’exemple des centrales d’Eysses et de Rennes, Paris, L’Harmattan.

Comment fonctionne la prison politique sous Vichy ? Quelle est l’éthique pénitentiaire de l’Etat français ? Comment s’articulent les circuits allemand et français d’enfermement ? L’approche monographique à travers deux grosses centrales de regroupement des prisonniers politiques, Eysses (Lot-et-Garonne) pour les hommes et Rennes (seule centrale de femmes sous Vichy), fournit une clef d’étude. « La prison parle » et révèle une population carcérale qui n’avait jamais été aussi nombreuse avec de plus en plus de prisonniers politiques. C’est l’interdépendance entre la prison et l’extérieur, les nombreux liens sociaux qui s’y établissent, l’image de la prison que l’on étudie. Le mythe fondateur d’amendement par la prison est oublié. Les prisons, rattachées au ministère de l’Intérieur en septembre 1943, sont au cœur de la politique de répression et de collaboration.
À l’image d’une période noire du système pénitentiaire où triomphent l’arbitraire et la souffrance, avec sa misère physiologique, ses miliciens et ses cours martiales, se surimpose une autre image : rencontre humaniste entre détenus de tous milieux, marqués durablement par leur passage en prison, lieu d’instruction et de réflexion, puisant dans le creuset républicain et tournée vers le renouveau démocratique de la France libérée. Alors que la prison, terre d’exclusion, constitue plus que jamais une forme de Châtiment qui conduit, au printemps 1944, les prisonniers politiques dans les camps nazis (ils sont livrés systématiquement à l’occupant par les autorités françaises), elle est devenue une terre de mission.

Corinne Jaladieu est historienne, professeur agrégée enseignant au lycée Jean Moulin de Béziers et en CPGE au lycée Joffre de Montpellier. Elle a soutenu une thèse sur les centrales sous le régime de Vichy ; ses recherches portent sur les prisons françaises durant les années noires.

Site web des Presses universitaires de Rennes : http://www.pur-editions.fr

Site web de L’Harmattan : http://www.editions-harmattan.fr

Fichiers attachés : tdm_avocats_nantais.pdf, tdm_enfants_de_lombre.pdf, tdm_prison_politique_sous_vichy.pdf


Vous aimerez aussi...