Les Tontons flingueurs, toute une époque !

visu-affArchive du blog La Marche du siècle – (Rediffusion de l’émission du 9 avril 2013)

On en connaît qui, plusieurs fois l’an, regardent le DVD – dernière version soigneusement restaurée, évidemment. Sur Facebook, le groupe dédié, c’est cinquante milliers d’amis. Et dans le catalogue des commémorations nationales de 2013, deux pages. Alors que le centenaire du grand philosophe Paul Ricœur n’est pas même mentionné !

Une explication ? On va être pédant comme Antoine Delafoy dans le film. Ricœur recommande de ne pas ployer sous la mémoire et de faire sa place à l’oubli. Mais la France n’entend pas déposer au vestiaire ses souvenirs des Trente Glorieuses. Et quel autre film les incarnerait-il mieux ? “Les Tontons flingueurs” aspirent à l’ordre, le réfrigérateur Kelvinator ronronne dans la cuisine, encore un moment et ils vont pouvoir passer à table. Et surtout, rien n’a encore vraiment changé dans les mœurs. Les femmes sont toujours à leur place. Les hommes disent : « Moi, je connais qu’une loi, celle du plus fort ». Le confort moderne et les valeurs traditionnelles, quoi de mieux que les Trente Glorieuses ?

L’invité de l’émission  du lundi 25 novembre 2013 de Jacques Lerun :
Docteur en Histoire, Professeur de Chaire Supérieure au Lycée Henri IV à Paris

Olivier Coquard a été élève en hypokhâgne au lycée Henri-IV à Paris. Il a ensuite suivi les cours de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud. Agrégé d’histoire, docteur ès lettres, il a rédigé une thèse sur le révolutionnaire Jean-Paul Marat.

Avant d’être professeur à son tour à Henri IV, il a enseigné à Béthune puis à Bondy. A la suite de cette expérience dans des établissements de banlieue, lui et son collègue Pascal Combemale, ont voulu aider les enfants défavorisés à entrer dans les grandes écoles prestigieuses, réservées à l’élite. Ils ont conçu le projet pilote de classe préparatoire aux études supérieures (CPES) au Lycée Henri IV dont l’objectif est de « préparer en une année des élèves méritants issus de milieux modestes et au cursus scolaire prometteur, à entrer dans les classes préparatoires aux Grandes Ecoles les plus sélectives. » La première promotion est entrée au lycée en septembre 2006. Depuis d’autres projets inspirés de cette CPES ont vu le jour à Metz, Nantes, Nîmes, Marseille et Bordeaux.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission France Inter La Marche de l’Histoire


Vous aimerez aussi...