Le bagne de Guyane

Archive du blog La Marche de l’Histoire : Les dangers afférents à la prison ont été perçus dès qu’au XIXème siècle, la prison s’est généralisée. A l’époque, on insistait déjà sur la promiscuité, la corruption… Aujourd’hui, on dit : radicalisation, surpeuplement – 14 000 places manquent dans les maisons d’arrêt… Souvent inefficace, la prison alimente la récidive.

La récidive, c’est le grand souci, surtout  depuis que l’invention du casier judiciaire, en 1850, permet de la mesurer…

Invité de l’émission de Jean Lebrun du lundi 2 juin 2014 :

Jean-Lucien Sanchez, docteur en histoire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, est l’auteur d’une thèse intitulée « La relégation des récidivistes en Guyane française. Les relégués au bagne colonial de Saint-Jean-du-Maroni, 1887-1953 » soutenue le 3 décembre 2009 sous la direction de Gérard Noiriel. Chargé d’études historiques au ministère de la Justice (DAP/PMJ5), il est chercheur associé au CESDIP (UMR 8183). Il travaille sur l’histoire pénale et coloniale de la Troisième République, plus particulièrement sur les bagnes coloniaux de Guyane française…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission France Inter La Marche de l’Histoire


Vous aimerez aussi...