Villeneuve-sur-Lot : un panneau historique en attendant mieux

La 72e commémoration sera marquée, dimanche, par une inauguration sur le mur de la centrale d’Eysses.

«Aujourd’hui, rien n’indique que la prison a servi à enfermer des résistants et des patriotes. Dimanche, ce ne sera plus le cas. » Pierre Sarrodie, président du Comité du souvenir des fusillés d’Eysses, savoure déjà l’instant. Si des rues de la ville portent le nom de certains des 1 400 fusillés ou déportés par le régime de Vichy en 1944, s’il existe un monument des martyrs, les murs de l’ancienne abbaye, devenue maison centrale en 1940, ne laissaient jusqu’alors rien paraître de cette sombre page de l’Histoire. L’espace « grand comme une salle de bain » dans lequel on n’entre que sur rendez-vous et après autorisation de l’administration pénitentiaire, aujourd’hui, ne satisfait pas les associations mémorielles qui nourrissent bien d’autres projets… (Image à la une : Cette photo, prise le 16 janvier 1944 et immortalisant un meeting politique à la centrale « pour une France libre et heureuse », figurera sur le panneau avec celle du bataillon Das Reich guidant les détenus à la gare de Penne-d’Agenais. ©photo dr).

Pour en savoir plus voir l’article de presse de Julien Pellicier  sur le site de Sud Ouest


Vous aimerez aussi...