L’Affaire Stavisky et L’Affaire Prince

Archive du blog 2000 ans d’Histoire – L’émission aujourd’hui est divisée en deux parties. La première est consacrée à l’ Stavisky, du nom de l’homme retrouvé « suicidé » en 1934, qui défraya la chronique avec ses escroqueries de grande envergure, entraînant dans sa chute des personnalités politiques. La seconde partie retrace la fin du magistrat Albert Prince, prétendument également « suicidé », retrouvé coupé en deux par un train alors qu’il enquêtait sur l’affaire Stavisky.
Où l’on apprend que Stavisky, escroc de haute volée, avait perforé les sphères de pouvoirs, politiques principalement, pour s’accoquiner avec la classe dirigeante et ainsi librement exercer ses méfaits.

Après sa mort, la vindicte populaire crie au complot, attisée par la Presse qui dénonce le verdict arbitraire sur la mort de Stavisky.

Après avoir escroqué le Crédit Municipal de Bayonne, la supercherie est découverte par les autorités :  Stavisky s’échappe à Chamonix pour se faire oublier. Peine perdue, il se « suicide ». Le canard enchaîné titrera: « On a suicidé Stavisky. Il s’est tué d’une balle tirée à trois mètres. Voilà ce que c’est d’avoir le bras long ! ».

Voir la page Wiki consacrée à l’Affaire Stavisky.

Invité de l’émission : Pierre Cornut-Gentille.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission France Inter 2000 ans d’Histoire

Un scandale d'Etat - L'affaire Prince Parution du livre le 18 février 2010 – Le 20 février 1934, le cadavre d’Albert Prince est retrouvé déchiqueté sur la voie ferrée près de Dijon. Ce conseiller à la cour d’appel de Paris avait été chargé d’enquêter, quelques années plus tôt, sur les agissements du célèbre escroc Stavisky. Assassinat ou suicide ? Parallèlement à l’enquête, menée de façon discutable, la presse et l’opinion s’emparèrent de l’affaire, qui tint bientôt en haleine la France entière et menaça d’ébranler la République. En effet, furent jetés dans la mêlée les noms de hautes personnalités, comme Camille Chautemps, ancien président du Conseil et franc-maçon notoire, ou encore le garde des Sceaux Henry Chéron. L’inspecteur Bonny, plus tard sinistrement célèbre, est aussi de la partie, tout comme Georges Simenon, alors journaliste et dont les prétendues révélations ne firent qu’ajouter au scandale. Avait-on voulu empêcher Prince de divulguer les protections dont aurait bénéficié Stavisky ? Ou s’agissait-il d’un drame intime ? En dépit de trois années d’instruction et de plusieurs centaines d’auditions, l’énigme ne fut jamais résolue. Pierre Cornut-Gentille, qui a accédé au dossier de l’instruction, aux archives du ministère de la Justice et aussi aux papiers personnels du juge d’instruction, livre le premier récit complet de cette célèbre affaire, qui met en évidence, déjà, le crédit parfois excessif accordé aux experts, et surtout les rapports complexes entre les policiers, les magistrats, le monde politique et les médias.

Biographie de l’auteur :

Pierre Connut-Gentille. avocat, a eu à connaître d’importants dossiers politico-financiers, Historien, il a publié aux éditions Perrin L’Honneur perdu de Marie de Morell (1996), La Baronne de Feuchères (2000) et une biographie de Madame Roland (2004).

 


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 26 février 2016

    […] L’Affaire Stavisky et L’Affaire Prince […]

  2. 26 février 2016

    […] L’Affaire Stavisky et L’Affaire Prince […]

  3. 27 février 2016

    […] L’Affaire Stavisky et L’Affaire Prince […]

  4. 27 février 2016

    […] L’Affaire Stavisky et L’Affaire Prince […]