27 février 1943 : Cri d’amour dans la Rosenstraße

filmRosenstrasseLe 27 février 1943, les nazis raflent à Berlin les derniers Juifs de la ville. Il s’agit pour la plupart d’hommes mariés à des femmes de souche « aryenne ». Ils attendent dans un bâtiment de la Rosenstraße d’être déportés dans un camp d’extermination. Mais leurs épouses vont obliger le pouvoir à faire marche arrière…

Cet épisode peu connu des persécutions antisémites montre que les citoyens allemands pouvaient faire fléchir les nazis et freiner le génocide juif… sous réserve de le vouloir vraiment.

Il a fait l’objet d’un film remarquable : Rosenstraße

On peut lire sur la résistance civile au nazisme le livre très bien documenté de Jacques Semelin : Sans armes face à Hitler, la résistance civile en Europe 1939-1943 (préface de Jean-Pierre Azéma, Bibliothèque historique Payot, 1989, 270 pages).

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site Herodote

Publié par Jacques Semelin en 1989, ce livre est devenu un «classique» ; de l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale. L’auteur y examine, à l’échelle européenne, les diverses façons dont les peuples sont parvenus à s’opposer quotidiennement, et sans armes, à la domination nazie. Cette opposition multiforme, faite d’actions non armées, individuelles et collectives, correspond à ce qu’on a pris l’habitude d’appeler la «résistance civile».

Directeur de recherche au CNRS (CERI) et professeur à Sciences Po, Jacques Semelin est spécialiste de la résistance civile et des crimes de masse.

Beaucoup de livres indignent. Quelques-uns exaltent. Sans armes face à Hitler de Jacques Semelin exalte. Non qu’il soit écrit en alexandrins, ou qu’il contienne de vibrants appels à la révolution. C’est plus simple, et plus fort. Il retrace, non sans proposer un excellent modèle d’analyse, les exemples de résistance civile de masse au nazisme. Les cas, beaucoup plus nombreux que l’on ne s’en souvient, où, sans armes, des civil.e.s ont dit non.

L’intérêt du livre est évident : le premier argument contre l’anti-militarisme anarchiste, vous l’avez entendu cent fois, est « oui, mais devant Hitler, elle a bonne mine, la non-violence ». Certes Semelin ne prétend pas que sans Stalingrad et Omaha Beach Hitler se serait rendu, le rouge au front. Mais il dit haut et fort que la résistance sans armes, la désobéissance civile est possible, même sous la botte d’un pouvoir entièrement dénué du moindre scrupule. Bien sûr, certaines conditions favorisent une telle résistance ; si cette acte correspond aux valeurs de la société au sein de laquelle il a lieu ; si cette société fait preuve de cohésion, ou si elle peut regagner cette cohésion grâce à cet acte ; si les institutions soutiennent, voire lancent, cet acte, etc.

Le livre décrit des épisodes connus, et d’autres moins connus, encore que cela dépende du pays dans lequel on vit. En France, on sait que l’abjection collaboratrice a nettement moins séduit le pays lorsque le STO fut institué. Cacher les jeunes qui auraient dû partir en Allemagne fut un acte de résistance civile qui impliqua des dizaines, peut-être des centaines de milliers de personnes. On sait sans doute moins (pour ma part, je l’ignorais complètement) qu’en Pologne, face à la destruction programmée de la culture polonaise – l’une des premières mesures allemandes consiste à arrêter l’ensemble des professeurs de l’université de Cracovie – la population décida d’enseigner clandestinement étudiants et lycéens ! Chose notable, les lycéens, par dizaines de milliers, participèrent avec enthousiasme à ce programme de longue durée, illégal, dangereux. Leur enthousiasme est prouvé par le fait que malgré le notoire manque de prudence de cette classe d’âge, les Nazis échouèrent à recruter des indicateurs et à localiser les centaines de lieux où se donnaient les cours…  (Article mis en ligne le 31 décembre 2013- Nestor Potkine ).

  • Broché: 416 pages
  • Éditeur : Les Arènes (21 mars 2013)
  • Collection : Histoire

 

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site Divergences


Vous aimerez aussi...