27 février 1913 : dernier jour du procès de la célèbre bande à Bonnot

Braquage de la Société Générale à Chantilly le 25 mars 1912. Illustration parue dans le Supplément illustré du Petit Journal en date du 7 avril 1912

Braquage de la Société Générale à Chantilly le 25 mars 1912. Illustration parue
dans le Supplément illustré du Petit Journal en date du 7 avril 1912

Bonnot n’assiste pas au procès. Et pour cause, il est mort lors d’un échange de coups de feu avec des policiers l’année précédente. On juge tous les survivants : à la barre on compte Callemin, Dieudonné, Carouy, Victor Serge… On les accuse de meurtres pour certains, et pour d’autres de braquages.

Ce sont des « anarchistes cambrioleurs », des adeptes de ce qu’on appelle à l’époque l’ « illégalisme », école de pensée qui prône le vol, le braquage, le cambriolage des bourgeois, des hommes riches ou des patrons, comme moyen pour faire advenir la révolution. C’est une forme de banditisme à caution idéologique…

Pour en savoir plus et écouter la bande sonore, voir le billet publié sur le site de La France pittoresque


Vous aimerez aussi...