Rivesaltes, mémoire de l’internement

Le camp d’internement administratif a vu passer des Espagnols fuyant la guerre civile, des Juifs, des Tsiganes, puis des Harkis après l’indépendance de l’Algérie. Il est depuis octobre un musée-mémorial. Denis Peschanski, historien et président du conseil scientifique du mémorial du camp de Rivesaltes, nous dit pourquoi ce lieu est unique en son genre…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site CNRS le Journal


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29 février 2016

    […] Rivesaltes, mémoire de l’internement […]