Récidive et illusion rétrospective (Mathieu Soula)

La récidive semble aujourd’hui une catégorie pénale « naturelle », allant de soi, qui ne saurait être remise en cause. Penser ainsi, et ne pas interroger plus avant les fondements historiques de cette catégorie, peut toutefois comporter plusieurs risques : celui de ne pas objectiver les impensés véhiculés par cette catégorie, celui de reprendre à soi un sens commun, celui de s’interdire de comprendre les usages divers (et surtout politiques et sociaux) permis par une catégorie pénale qui peut sembler au premier abord structurée mais qui, à bien la regarder, se définit davantage par sa malléabilité, celui enfin de croire qu’il en a toujours été ainsi. L’illusion rétrospective qui donne l’impression d’une catégorie immuable et éternelle, finalement sans histoire, masque la difficile genèse de cette catégorie, les luttes de sens qui la saisissent, encore aujourd’hui, et les usages divers que sa plasticité, derrière son apparente neutralité juridique, autorise à celui qui dispose du droit de définir la récidive. La force du droit et la force symbolique de l’État permettent de rendre cette illusion « réelle », « naturelle », en l’éternisant. C’est oublier en fait que la récidive a une histoire et s’inscrit encore dans une histoire. Revenir sur cette histoire est alors un moyen, bien modeste, de faire un pas de côté pour mieux se départir du sens commun qui entoure et fabrique la récidive…

Lire la suite de cet article de Mathieu Soula sur Criminocorpus.

Accéder aux actes des journées d’études La prévention des récidives : Évaluation, suivis, partenariats”.


Vous aimerez aussi...