Les paradoxes de la récidive (Philippe Robert)

Les journées d’études que nous débutons ne portent pas exactement sur la récidive : elles sont plus exactement dédiées à la prévention des récidives, une sorte de nouveau syntagme autonome qui désigne tantôt une conférence de consensus, tantôt l’abrégé d’une loi récente, plus souvent un secteur de l’action institutionnelle chargé de l’exécution des peines en milieu ouvert, voire parfois tout ce qui n’est pas carcéral dans l’exécution des jugements pénaux… peut-être pour affirmer que la récidive se préviendrait mieux si l’on recourrait moins à l’emprisonnement.

Pour autant les organisateurs ont jugé utile de consacrer la première heure de cette réunion à quelques éclaircissements sur la récidive elle-même, ce qui laisse supposer que tout ne va pas de soi dans cette expression que le débat public utilise comme si elle était limpide. Ils ont même recouru pour désigner cette séance préliminaire à un pluriel inaccoutumé, les récidives plutôt que la récidive, qui méritera quelque attention…

Lire la suite de cet article de Philippe Robert sur Criminocorpus.

Lire les autres communications des journées d’étudesLa prévention des récidives : Évaluation, suivis, partenariats”.


Vous aimerez aussi...